Accueil Economie ISAF: rencontre entre hommes d’affaires à Ouagadougou

ISAF: rencontre entre hommes d’affaires à Ouagadougou

Les membres de l’association Investisseurs Sans Frontières (ISAF) ont tenu, le mercredi 23 mars 2022, à Ouagadougou, leur rencontre mensuelle. Selon le président Arouna Nikiéma, par ailleurs président du Groupe BBS, l’objectif de cette réunion était de faire le point de leurs activités afin de continuer à faire rayonner le milieu des affaires au Burkina Faso et ailleurs sur le continent. Mettant au centre de ses préoccupations ses relations avec d’autres institutions partenaires, l’Association ISAF a invité à cette rencontre, le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso, Mahamadi Savadogo qui s’est fait représenter par son conseil spécial, Omar Yugo.

Le président de Isaf, Arouna Nikiema et Adèle Nikiema, cheville ouvrière de l’organisation de la rencontre

Depuis sa création en janvier 2019, Investisseurs Sans Frontières (ISAF), s’est donnée comme mission principale de faire bouger les lignes du développement en Afrique. C’est ce qu’a signifié son président Arouna Nikiéma. Celui-ci a rappelé que le premier objectif de ISAF, «c’est de créer un partenariat sud-sud très fort entre les entreprises africaines et entre les femmes et hommes d’affaires africains, en tissant une toile épaisse de relations entre femmes et d’hommes d’affaires à  travers toute l’Afrique».

Djibrill Kanazoé (à gauche) et Salif Léonce Diarra

Dans leur volonté affichée de transformer cet idéal en réalité, les Investisseurs Sans Frontières organisent des réunions mensuelles qui constituent des occasions d’échanges fructueux sur la marche des activités de l’Association. La rencontre de ce mercredi était, ainsi, focalisée sur les missions économiques, les voyages d’affaires, et d’autres opportunités qui s’offrent à l’Association. Ce fut également l’occasion propice pour évoquer, avec le conseiller spécial du président de la CCI-BF, les relations entre ISAF et cette institution. Toute chose qui, aux mots de Arouna Nikiema,  a permis de «voir comment les hommes et femmes d’affaires d’ISAF peuvent tirer plein profit de l’expérience et de la solidité de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso dans le monde des affaires».  

Arouna Nikiéma, président de ISAF

ISAF reste donc très à cheval sur ses ambitions d’attirer des investissements étrangers au profit du Burkina Faso, d’encourager et d’assister les hommes d’affaires burkinabè qui vont à l’extérieur pour investir.

Amed Diallo, un des vice-présidents de ISAF

ISAF compte une trentaine de femmes et d’hommes,  tous dirigeants d’entreprises, qui ont une bonne connaissance du monde des affaires, sur le plan national, mais aussi international. C’est dans cette logique qu’ISAF a mis le cap sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF), ce vaste marché de plus d’un milliard d’habitants. «Nous poussons nos hommes d’affaires à aller vers ce marché qui constitue pour eux une manne économique importante», a indiqué le président Arouna Nikiéma.

ISAF s’étant toujours illustrée comme une association ouverte qui s’appuie sur le dicton universel de l’union qui fait la force, son président a invité les hommes d’affaires installés au Burkina et en Afrique à y adhérer massivement, «afin de mutualiser les forces pour réaliser de bonnes affaires au profit du continent».

Salfo Soré dit Jah Press (à droite) et Moussa Zongo

A ISAF, on se projette constamment sur le futur et selon son président, en termes de perspectives, l’Association compte s’étendre, d’ici à 2025, sur presque tous les pays de l’Afrique de l’Ouest et ceux de l’Union africaine d’ici à 2030. 

En rappel, ISAF est une association internationale qui existe au Burkina Faso, au Mali, en Côte d’Ivoire, et envisage d’enlacer, bientôt de ses longues tentacules le Togo, le Bénin, le Niger, le Sénégal et la Guinée. 

 Par Siaka CISSE (Stagiaire)

Laisser un commentaire