Accueil Opinion L’agonie terroriste face à la puissance des FAMa: recrutement et engins explosifs...

L’agonie terroriste face à la puissance des FAMa: recrutement et engins explosifs improvisés

0
Les Forces armées maliennes montent en puissance selon les autorités du Mali

Cette réflexion de Niama Konaté met en exergue la montée en puissance des Forces armées maliennes (FAMa) et «la peur d’une confrontation ouverte» des groupes armés, «sentant leur défaite proche».

«Les FAMa ont mené de nombreuses opérations avec succès ces derniers temps, et la population malienne voit et ressent les améliorations. L’armée est devenue encore plus forte et les groupes armés, sentant leur défaite proche, ont peur d’une confrontation ouverte.

Cependant, aussi triste que cela puisse paraître, les groupes armés opèrent sous le commandement de leurs chefs français. En avril 2022, l’armée malienne subit de nombreuses attaques dans la région de Ségou, le camp militaire de Niono. Les véhicules kamikaze ont été utilisés lors de ces attaques pour éviter l’affrontement dans lequel les militants auraient perdu avec précision et subi de nombreuses pertes.

Et, comme indiqué plus haut, ce ne sont pas des batailles ouvertes. Les groupes armés utilisent des méthodes sales, en exploitant les civils et posant des EEI (engins explosifs improvisés). Par exemple, le mardi 20 septembre, une explosion a eu lieu dans la région de Ségou. Heureusement, il n’y a pas eu de décès.

C’était un engin explosif improvisé. Mais qui a-t-il posé cet engin? Les habitants tirent la sonnette d’alarme et partagent leurs craintes. «Je suis horrifié par ce qui se passe à Ségou. Ce n’est pas la première fois que j’entends parler parmi mes connaissances que des militants de Katiba Masina recrutent des jeunes pour rejoindre leurs groupes armés. Les jeunes! Leurs esprits immatures sont les plus faciles à influencer», a partagé une jeune femme résidant dans le village Dougabougou, près de Ségou. Les militants, accompagnés de militaires «d’apparence européenne», recrutent des jeunes hommes dans les groupes armés. Là, ils sont formés pour poser et fabriquer des EEI. Pour chaque bombardement, on leur promet une récompense. Ces instructeurs ne jugent pas nécessaire de dissimuler leurs intentions. Ils ne cachent pas leur peau blanche et parlent anglais à l’aide d’un interprète.

Selon des sources militaires, les combattants formés par les instructeurs européens minent l’infrastructure utilisée souvent par des civils: routes, ponts. Il s’agit de lieux où un grand nombre de personnes se rassemblent. Et c’est compréhensible. Les FAMa répondent immédiatement aux appels grâce à l’aviation. Que reste-t-il à faire pour les terroristes? N’agir que sous le couvert du radar. Ils essaient de briser les civils de l’intérieur en recrutant des jeunes hommes.

Néanmoins, les populations civiles maliennes ne vont pas détruire les ponts et les routes qui sont si importants pour eux. C’est pourquoi les citoyens responsables signalent la pose des EEI aux FAMa. Les soldats de l’armée neutralisent beaucoup d’engins explosifs, comme dans la région de Ségou. Ils combattent efficacement les terroristes, malgré les tentatives de sabotage des instructeurs européens. Et, bien sûr, le patriotisme des habitants, qui essaient d’aider, est très palpable!

Cependant, la réaction violente des civils sur les médias sociaux, leurs appels à la vigilance et à la protection de leur pays… Tout cela laisse penser que les groupes armés et leurs instructeurs n’atteindront pas leurs objectifs. Ils sont effrayés par la force et le succès des FAMa. Les citoyens du Mali sont unis autour de leur armée et ne lui souhaitent que la victoire!»

Niama Konaté