Accueil A la une Lutte antiterroriste: « Damiba est un envoyé de Dieu pour sauver le Burkina...

Lutte antiterroriste: « Damiba est un envoyé de Dieu pour sauver le Burkina » (Pascal Zaïda)

Les responsables de la CNTR. Pascal Zaïda (micro), coordonnateur national de l'Organisation

Le coordonnateur de la Coordination nationale pour une transition réussie (CNTR), Pascal Zaïda, député à l’Assemblée législative (ALT), a affirmé le mercredi 31 août 2022, que le président de la transition, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo, « est un envoyé de Dieu pour sauver le Burkina Faso » des affres des terroristes qui endeuillent le pays, face à la presse, à Ouagadougou.

Face aux femmes et hommes de médias ce mercredi, les responsables de la Coordination nationale pour une transition réussie (CNTR) ont reconnu que la situation nationale reste sans doute marquée douloureusement par la crise sécuritaire et la cherté de la vie.

Le leader du Mouvement patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR), le lieutenant-colonel Paul Henri Damiba, président de la transition, « est un envoyé de Dieu pour sauver le Burkina Faso en matière de sécurité », selon la conviction de Pascal Zaïda et ses camarades qui se sont « satisfaits » du traitement de la question sécuritaire ces sept derniers mois qui ont vu l’arrivée des militaires à la tête du pays.

Face à ces propos qui ont créé l’étonnement manifesté par l’assistance sous forme de bourdonnement dans la salle de conférence du Centre national de presse Norbert Zongo (CNP/NZ), le coordonnateur national de la CNTR a dit qu’il « va aller très loin » sur ce qu’il pense des attaques armées dans le pays, préoccupation de tous les jours des Burkinabè toutes tendances et sensibilités confondues. « La question sécuritaire qui est le leitmotiv de la transition aujourd’hui évolue de façon progressive. Que vous le voulez ou pas, c’est comme ça. On n’est pas là pour faire le bilan de la transition mais nous sommes là pour apprécier ce que nous voyons sur le terrain », a rétorqué le député de l’Assemblée législative de transition (ALT) qui a ajouté qu’au niveau sécuritaire, « ça bouge, l’ennemi a changé de cible et n’attaque que les symboles de l’Etat ».

«Au plan sécuritaire c’est parfait, parce qu’une situation sécuritaire détériorée en sept ans et une situation sécuritaire qui a tendance à être maitrisée en sept mois mérite d’être encouragée », a persisté Pascal Zaïda qui souligne qu’au plan sécuritaire, il est loisible de constater que les efforts des forces combattantes tendent à fragiliser la capacité de nuisance des groupes armés terroristes qui, aux abois désormais, s’en prennent lâchement et misérablement aux symboles et biens de l’Etat et aux populations civiles.

Il a laissé entendre que « les défections dans leurs rangs et la paralysie de leurs moyens à travers les mesures du Gouvernement les contraignent à se mouvoir désormais en de petits groupes à l’intérieur du pays pour prêcher la psychose au sein de la population », avant d’estimer que c’est le moment de réussir la bataille psychologique dans cette guerre asymétrique que les Burkinabè subissent, car « désormais ce sont les munitions de la psychose que les groupes armés utilisent».

Selon les conférenciers, « les menaces et les chantages sont devenus monnaies courantes chez ces froussards aux accoutrements de barbares bohèmes. Les terroristes ne sont pas des extra-terrestres ou des supers hommes. Ce sont des bandits viveurs qui ne résistent pas à la faim, à l’adversité de la nature et aux maladies. Et au regard de la puissance de feu qui leur est imposée ces derniers temps, ils sont plus que jamais aux abois et cherchent à se dissimuler au sein des paisibles citoyens ». C’est pourquoi, ils ont souhaité que la collaboration entre les populations et les forces de de l’ordre soit « plus accentuée pour démasquer les fuyards».

«Le reprofilage des terroristes montre à suffisance la détermination et le travail impeccable de nos agents de renseignements et des autorités actuelles à mieux cerner le phénomène afin de l’endiguer définitivement. Nous les encourageons à continuer dans cette dynamique pour restaurer l’intégrité de notre territoire », a réitéré Pascal Zaïda qui a proposé au Gouvernement d’organiser une grande campagne de réorganisation des populations civiles des zones récemment attaquées (Andemtenga, Banwa, Kou, Tuy, …) afin d’apporter une réponse populaire efficace à même d’empêcher la propagation du phénomène dans ces contrées. Pour ce faire, la CNTR se dit «disponible » à aller au front pour réussir le travail de terrain auprès des populations civiles.

Dans un contexte sécuritaire fortement marqué par la crise sécuritaire qui commande que soient conjugués tous les efforts de l’unité et de la réconciliation nationale, « il est incongru et indécent de se livrer à de l’activisme politique qui contribue davantage à déchirer le tissu social et par conséquent à servir le sordide et épouvantable dessein des ennemis de la Nation », a dénoncé M. Zaïda.

Au regard de la situation humanitaire toujours préoccupante et celle socioéconomique délétère de manière générale, les conférenciers du jour ont lancé un appel à une solidarité agissante tant au niveau national, régional, qu’international.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire