Accueil Monde Nancy Pelosi à Taïwan: Pékin déploie ses sanctions commerciales ciblées

Nancy Pelosi à Taïwan: Pékin déploie ses sanctions commerciales ciblées

Nancy Pelosi ce mardi à Kuala Lumpur, en Malaisie, avant sa visite à Taïwan

La Chine a déployé le mercredi 3 août 2022, une série de sanctions commerciales contre Taïwan, en parallèle d’une série d’exercices militaires près de l’île, à la suite de la visite de la présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi.

La Chine est en train de mettre à exécution ses menaces après l’arrivée de Nancy Pelosi à Taïwan, considérée comme une provocation contre l’Empire du Milieu.

Pékin a décidé de mettre sur liste noire une centaine d’entreprises exportatrices taïwanaises. Officiellement, celles-ci ne remplissent pas leurs obligations légales. Ce qui va toucher près de 3.000 produits alimentaires made in Taïwan.

Face à des journalistes mercredi, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hua Chunying, a évoqué les « mesures de rétorsion » que pourrait prendre la Chine.

« Il y aura tout le nécessaire. Ces mesures seront fermes, énergiques et efficaces. La partie américaine et les partisans de l’indépendance de Taïwan vont les sentir sur la durée », a-t-elle souligné.

Après les mots, Pékin passe maintenant à l’acte. La République populaire de Chine a annoncé une série de sanctions commerciales. Ainsi, les douanes ont décidé ce mercredi, de suspendre l’importation des agrumes et de certains poissons de Taïwan.

Le ministère du Commerce quant à lui, a annoncé, « suspendre l’exportation de sable naturel vers Taïwan » à partir de ce même mercredi, sans donner d’explications. Ce sable est généralement utilisé pour fabriquer du béton et de l’asphalte, et Taïwan dépend majoritairement de la Chine pour s’en fournir.

Selon le média en ligne taïwanais UDN, la Chine n’exclurait pas de sanctionner d’autres produits taïwanais. Et cette fois-ci, les sanctions ne viseraient pas que l’alimentaire mais aussi l’industrie manufacturière.

Le déplacement de Nancy Pelosi, plus importante élue américaine à se rendre à Taipei en 25 ans, a déclenché la colère des autorités chinoises qui après les déclarations péremptoires à Joe Biden et les démonstrations de force militaires passent concrètement aux sanctions.

Dès mardi, la Chine a annoncé des exercices militaires autour de Taïwan, une île qu’elle considère comme partie intégrante de son territoire. Certains de ces exercices vont s’approcher jusqu’à 20 kilomètres des côtes taïwanaises, selon les coordonnées diffusées par les médias officiels chinois. Ce qui a poussé le ministère taïwanais de la Défense a protesté en affirmant que cela menacera plusieurs ports et zones urbaines de l’île.

Les autorités chinoises font monter depuis plusieurs années la pression sur Taïwan et ses 23 millions d’habitants, depuis l’arrivée au pouvoir en 2016 de l’actuelle présidente Tsai Ing-wen, issue d’un parti pro-indépendance.

La Chine est le premier partenaire commercial de Taïwan, avec des échanges qui ont grimpé en 2021 de 26 %, à 328 milliards de dollars, selon des médias.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire