Accueil A la une Niger: la « qualité des travaux » de l’Africaine des Travaux Publics (ATP) saluée

Niger: la « qualité des travaux » de l’Africaine des Travaux Publics (ATP) saluée

708
0

Le président Mahamadou Issoufou, a procédé, le mercredi 21 octobre 2020, à Illéla dans la région de Tahoua, à l’inauguration de l’axe principal de la localité située au Sud du Niger. D’un coût global de 73 483 641 562 FCFA, l’ensemble du projet dont le total du bitume fait « 150 kilomètres », en plus d’autres travaux connexes, notamment « 23 KM de pistes rurales » aménagées, a été réalisé et livré, avant le délai contractuel, par l’Africaine des Travaux Publics (ATP), une entreprise de l’opérateur économique burkinabè, Mahamadi Sawadogo dit Khadafi, dont l’expertise et le professionnalisme de la société ont été salués.

Des dizaines d’autorités nigériennes, avec à leur tête, le président de la République, Mahamadou Issoufou et le président de l’Assemblée nationale, Ousseini Tinni, étaient présentes à Illéla, dans la région de Tahoua, à près de 600 kilomètres dans le Sud du Niger, pour inaugurer le bitume de l’axe principal Illéla-Bagaroua, long de 107km, des bretelles PK10-Dandaji (17km) et Dandaji-Dangona (10km), ainsi que les autres travaux connexes.

Le président nigérien Mahamadou Issoufou et le ministre burkinabè des Infrastructures, Eric Bougouma, pour la coupure du ruban symbolisant l’inauguration de la voie  Illéla-Bagaroua

Prestations musicales, lutte traditionnelle, et allocutions, ont constitué les différentes articulations de cette cérémonie d’inauguration de la voie, dont de nombreux habitants de Tahoua, région d’origine du président Mahamadou Issoufou, ont tenu à être les témoins oculaires, en tant que premiers bénéficiaires. Commencés le 1er janvier 2018, les travaux de ce projet ont consisté, à « l’aménagement de la route Bagaroua-Illéla (tracé principal), 107km, l’aménagement de la bretelle de 17km de PK10-Dandaji (village du président Mahamadou Issoufou), l’aménagement de la bretelle Dandaji-Dangona, 10km, la réalisation de voiries de 15km (rues pavées, espaces aménagés) et des travaux d’assainissement comprenant les divers fossés ».

Le défi du Partenariat Public Privé (PPP) relevé

« Je suis satisfait, pas seulement d’avoir terminé avant le délai, mais d’avoir exécuté un projet aussi gigantesque, surtout qu’il a été attribué sous-forme PPP », s’est réjoui le président générale de L’ATP, Mahamadi Sawadogo, qui a signifié qu’une « chose était d’avoir le contrat et une autre était de pouvoir mobiliser les financements ». Mais, « grâce à Coris Bank International (CBI) et à la Banque ouest africaine de développement (BOAD), nous avons pu surmonter les difficultés de financement pour réaliser la route, bien sûr, avant le délai contractuel », a souligné l’opérateur économique burkinabè, par ailleurs, président de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso.

Mahamadi Sawadogo dit Khadafi, PDG de l’Africaine des Travaux Publics (ATP)

Les travaux du projet réalisé, en un temps record, par l’Africaine des Travaux publics (ATP), ont été évalués à 73 483 641 562 FCFA HTT-HD, y compris la rémunération du délégataire, les cours financiers, les études techniques, les travaux, le contrôle et la supervision des études et travaux. La maîtrise d’ouvrage a été assurée par la Direction générale des grands travaux, à travers la société de contrôle et surveillance dénommée GERMS Consulting/DIWI Germany. Et, au lieu des de trois ans prévus, l’ATP a livré l’infrastructure, six mois avant la fin  du délai contractuel.

Un travail salué par les gouvernements nigérien et burkinabè

Le ministre nigérien de l’Equipement, Kadi Abdoulaye

« Ce jour représente pour les populations, le développement », s’est réjoui le ministre nigérien de l’Equipement, Kadi Abdoulaye qui a affirmé que cette route va également favoriser la « fluidité dans la circulation, en plus de booster l’économie (dans tous ses segments) ». M. Abdoulaye, a salué l’ATP qui était fortement représentée par son premier responsable, Mahamadi Sawadogo dit Khadafi, accompagné du ministre burkinabè en charge des Infrastructures, Eric Bougouma, et une forte délégation d’opérateurs économiques dont le Président Directeur Général (PDG) du groupe panafricain Coris Bank International (CBI), Idrissa Nassa.

Une photo de famille du président Mahamadou Issoufou et les lutteurs

Sur l’inquiétude de l’entretien de cette infrastructure routière qui a été réalisée via PPP, le ministre nigérien a rassuré l’assistance que ce souci n’a pas lieu d’être, car l’entreprise a toujours le chantier à sa charge, avant d’appeler les usagers, à plus de civisme pour respecter le code de la route et garantir une longévité au bitume.  Pour lui, le partenariat entre l’ATP et le gouvernement va se poursuivre pour le bonheur du Niger et de ses populations qui verront de plus en plus beaucoup de leurs localités désenclavées.

Eric Bougouma, ministre burkinabè des Infrastructures

Après avoir adressé ses salutations et félicitations aux autorités nigériennes pour leur accueil chaleureux et pour l’inauguration de cette infrastructure routière, le ministre burkinabè des Infrastructures, Eric Bougouma, a d’abord fait noter que le président de la République du Niger, Mahamadou Issoufou et le président Roch Marc Christian Kaboré, partagent « la même vision » en matière de développement, particulièrement en ce qui concerne le désenclavement interne et externe des deux pays qui qui n’ont pas d’ouverture sur la mer. « Nous sommes fiers du choix porté sur une entreprise burkinabè pour exécuter ces travaux. Nous sommes fiers également de ce que les financements ont été rendus possibles par la mobilisation d’un groupe bancaire burkinabè », a affirmé M. Bougouma qui a estimé qu’il était donc de « notre devoir de venir ici à Illéla pour manifester cette solidarité toute africaine entre nos deux pays et entre nos deux peuples ».

Des partenaires satisfaits de la réalisation du projet

Banderole indicative des nouvelles voies goudronnées à Illéla

Ce projet qui s’inscrit dans le programme Renaissance acte 2 du président Mahamadou Issoufou, a été financé à 70% par Coris Bank International. « Le financement de ce projet a été arrangé par la BOAD qui, en plus de son financement propre, a mobilisé les banques commerciales locales à savoir la Bank Of Africa (BOA) Niger et Coris Bank International pour co-financer ce projet », a rappelé le représentant de l’institution ouest africaine, Moustapha Diaw.

Mahamadi Sawadogo dit Kadhafi et sa délégation acceuillie par les travailleurs de l’Africaine des Travaux Publics (ATP)

La réalisation de ce projet permet de « renforcer le désenclavement de la zone et contribuera à l’essor économique de la région, ce qui permettra l’augmentation des revenus des populations via la réduction de la pauvreté », a salué Moustapha Diaw.

« Ce qui nous a motivé dans le financement de ce projet, c’est l’expertise de la société. Lorsque l’expertise est engagée dans la bonne réalisation des projets, nous sommes rassurés et nous sommes heureux de constater, après deux ans de travail, que cela a été une réalité », a affirmé le directeur général de CBI, Diakarya Ouattara. « 134 kilomètres de routes, avec, bien sûr, de nombreux ouvrages qui ont été réalisés et qui ont été inaugurés par le chef de l’Etat, nous sommes très satisfaits, du fait que ce chantier a connu son aboutissement », a-t-il poursuivi.

Diakarya Ouattara, directeur général de Coris Bank International (CBI)

Selon ses propos, Coris Bank International n’est pas à son premier accompagnement de l’entreprise ATP. « Nous l’accompagnons depuis plus d’une dizaine d’années et nous sommes heureux de constater que les financements que nous mettons à sa disposition sont très bien utilisés et arrivent à réaliser des chantiers au-delà des frontières du Burkina », a relevé M. Ouattara qui a ajouté que CBI étant un groupe panafricain, « nous sommes heureux d’accompagner des entreprises à vocation panafricaine également ». « Nous sommes contents de constater aujourd’hui que c’est le Niger qui bénéficie de ce grand ouvrage qui va faire le bonheur de ses populations », a conclu Diakarya Ouattara.

« Ce projet a été un exploit », retient la mission de contrôle

Vu le contexte dans lequel, l’ATP a pu mobiliser les ressources nécessaires en termes financiers, matériels et humains, pour exécuter ce chantier à moins de six mois du délai contractuel,  » c’est vraiment un exploit », a laissé entendre Issa Moussa, ingénieur routier de la Mission de contrôle GERMS Consulting. Pour lui, ce projet était un défi et vu tout ce qu’il y avait comme difficultés au départ à cause de son mode PPP qui est en phase d’expérimentation dans nos pays, ce n’était pas évident »

Le PPP mis en exergue

« La qualité de cette infrastructure routière est garantie à 100%. Elle est garantie du moment où ça y va de l’intérêt de l’entreprise qui en assure la charge d’entretien quatre ans après sa réception », a rassuré l’ingénieur routier qui a insisté sur la qualité qui est non seulement le souci de la mission de contrôle et de l’Administration mais encore de l’entreprise.

M. Moussa a surtout salué la réalisation de ce projet qui a permis un transfert de compétences qui, certainement, sera bénéfique à la région de Tahoua. Et ce transfert de compétences s’est matérialisé à travers le recrutement de plusieurs moyennes entreprises locales.

Des mesures environnementales et sociales bien respectées

La réalisation de ce projet a permis aussi de réaliser « 185 ouvrages hydrauliques types dalots-cadres, la signalisation, les équipements de sécurité et l’éclairage public en photovoltaïque (186 unités), l’aménagement de 23km de pistes rurales ». Pour ce qui est de ses caractéristiques, cette route a une largeur de 7 mètres en ce qui concerne la chaussée et celle des accotements est de 2×1,50 mètre, le tout dans un revêtement en induit bicouche, selon les normes en vigueur dans l’espace de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA).

Des députés présents à la cérémonie d’inauguration de la voie Illéla-Bagaroua

Aussi, ce projet a permis à l’ATP de réaliser 10 forages hydrauliques qui ont été rétrocédés aux populations, planté 10 600 arbres au niveau des agglomérations traversées et construit 4 400 ml (linéaire) de mur de clôture pour écoles riveraines de la route, construit six logements et un bureau (bâtiments administratifs) et réhabilité 137 hectares des terres dégradées récupérées en plus de deux postes de sécurité. Ce projet a aussi permis le recrutement de plus de 1 200 personnes, selon Issa Moussa de la mission de contrôle.

Des usagers contents saluent le leadership de Mahamadou Issoufou

Des bénéficiaires, sur place, ont apprécié les nouvelles voies et ont exprimé leur joie et leur reconnaissance aux autorités, notamment le président Mahamadou Issoufou.

Une vue des chefs coutumiers présents

Il faut rappeler que l’ATP n’est pas à sa première réalisation d’envergure au Niger. Ainsi, après le Burkina, le Mali et le Niger, l’Africaine des Travaux Publics compte, en termes de perspectives, aller conquérir d’autres pays de la sous région pour leur offrir son expertise, a laissé entendre son patron, Mahamadi Sawadogo dit Khadafi.

Par Bernard BOUGOUM, envoyé spécial à Tahoua au Niger

Laisser un commentaire