Accueil Société Ouagadougou: des natifs d’avril font des dons à des orphelins et des...

Ouagadougou: des natifs d’avril font des dons à des orphelins et des déplacés internes

Edith Ouédraogo, chef de service administratif et financier de l’Hôtel maternel de Ouagadougou, recevant le don des natifs d'avril

Des natifs du mois d’avril ont procédé le samedi 1er mai 2021 à Ouagadougou, à des remises de dons composés essentiellement de produits alimentaires, des vêtements et du matériel d’assainissement, aux orphelins de l’Hôtel maternel et aux déplacés internes de Pazzani, a constaté un journaliste de Wakat Sera.

Contrairement à certaines personnes qui invitent les parents et amis pour commémorer leur date de naissance, ces natifs d’avril, environ 400 personnes ont voulu célébrer autrement le mois qui les a vus naître, en faisant parler leur cœur à l’endroit des couches vulnérables de la capitale burkinabè.

Voilà comment est née l’initiative

« L’initiative est née suite à l’appel de Alain Christophe Traoré, connu sous le nom de Alino Faso qui a appelé en janvier dernier, les natifs des différents mois, à se retrouver pour poser des œuvres caritatives et c’est dans ce sens que nous sommes regroupés et voilà le résultat », a déclaré Boureima Dembélé, natif du mois d’avril, porte-parole du groupe, expliquant que le groupe vaut environ 400 personnes, si fait que les deux plateformes sur WhatsApp étaient saturées et il a fallu créer une autre plateforme aussi sur Telegram pour permettre aux natifs d’avril qui le veulent bien de s’inscrire au jour le jour.

Ali Tapsoba, représentant du site de Pazzani recevant les dons des mains d’un natif du mois d’avril

Le don est composé, pour l’orphelinat qui accueille plus de 80 enfants, de lait, des pommades, des serviettes, des couvertures, du maïs, des draps, de la poudre de lessive, etc.

Pour les natifs qui invitent d’autres personnes de bonnes volontés à venir en aide à ces enfants, la valeur du don importe peu parce qu’au Burkina Faso, vu les conditions difficiles des populations dont la grosse majorité a un revenu modeste, « on donne avec le cœur et l’essentiel c’est l’acte qu’on pose, le fait de penser à ceux qui ont plus besoin de l’aide, c’est ça le plus important ».

Des difficultés de l’Hôtel maternel égrenées

Edith Ouédraogo, travailleur social, chef de service administratif et financier de l’Hôtel maternel de Ouagadougou, une structure étatique, s’est dite « toute heureuse » de ce geste de ces natifs d’avril qui volent ainsi au secours des pensionnaires de l’orphelinat. « A la date du vendredi, on avait 80 enfants. Ce sont des enfants abandonnés, des enfants issus de relations incestueuses, des enfants de mères malades mentales et puis les filles mères (les filles bannies de leurs familles pour cause de grossesse avant mariage généralement, NDLR) », a précisé madame Ouédraogo.

Photo de famille

Comme difficultés, Edith Ouédraogo a affirmé que le centre héberge de grands enfants qui sont là depuis un certain temps et qui attendent d’être adoptés. « On aurait souhaité avoir des ateliers de formation parce qu’ils (les enfants) ne sont pas appelés à rester ici. Donc, s’ils apprenaient quelque chose de leurs dix doigts, plus tard qu’ils soient adoptés ou pas, ils pourront se prendre en charge », a-t-elle expliqué.

A l’endroit de tout le monde, notamment des bonnes volontés, elle les invite à venir adopter ces enfants parce que, quoi qu’il en soit, la base de tout épanouissement, c’est la famille, mais aussi, parce que l’enfant ne saurait rester éternellement dans l’orphelinat. « « On mène des campagnes de sensibilisation au plan national mais les gens sont toujours sceptiques. C’est vraiment notre cri du cœur », a-t-elle plaidé.

Les natifs d’avril sur le site des déplacés à Pazzani

« Nous avons fait le déplacement de Pazzani ce matin pour faire un don. Cette affaire de déplacés est une question de tout le monde puisque c’est une question sécuritaire qui les a amenés ici. Ce n’est pas une affaire du gouvernement mais une question de Burkinabè tout simplement. Dans ce sens, nous les natifs du mois d’avril sommes regroupés pour venir donner ce qu’on a », a affirmé le porte-parole, Boureima Dembélé, par ailleurs, rédacteur en chef du site en ligne Wakat Séra. Il a détaillé que le don sur ce site, pour l’essentiel, est composé de « riz, d’huile, de poudre de lessive, des nattes, des bouilloires, de vivres de façon générale ».

Le représentant du site de Pazzani, Ali Tapsoba, a manifesté sa joie de recevoir ce don des natifs d’avril. « Vraiment ça nous fait énormément plaisir parce que ce don comblera un grand souci pour les gens qui sont sur ce site », a indiqué M. Tapsoba tout en rassurant que ce don sera partagé entre « les différentes familles (375) résidant sur ce site qui enregistre 900 personnes. Tout le monde en bénéficiera, c’est sûr ».

Les déplacés qui depuis le 8 juillet 2019 sont arrivés à Pazzani, un quartier populaire situé au Nord de Ouagadougou, viennent de la province de Soum, plus précisément des communes de Tongomaël, de Kelbo et une partie d’Arbinda. C’est surtout ces trois communes qui sont sur ce site et la majorité, c’est la commune de Tongomaël ».

Par Bernard BOUGOUM

Encadré

La liste des dons à l’orphelinat hôtel maternel et aux déplacés du site de Pazzani

🔹25 sacs de maïs 50kg
🔹10 sacs de riz 50kg
🔹5 sacs de riz 25 kg
🔹15 sacs d’omo
🔹2 cartons d’omo
🔹5 cartons de sucre
🔹22 serviettes couverture
🔹20 pots pommade
🔹20 draps de lit
🔹12 cartons d savon
🔹4 cartons d couche
🔹2 bidons d’huile 20l
🔹5 bidons d’huile 5l
🔹2 bidons d’huile 4l ( Catwel)
🔹2 sacs teedo 25kg
🔹2 sacs de lait en poudre 25 kg
🔹10 paquets de macaroni
🔹1 sac de haricot
🔹1 sac de couscous
🔹10 nattes
🔹12 bouilloires
🔹14 sacs de vêtements

Laisser un commentaire