Accueil A la une Ouagadougou: des populations de Yaoghin prêtes aux «sacrifices pour défendre leurs concessions»

Ouagadougou: des populations de Yaoghin prêtes aux «sacrifices pour défendre leurs concessions»

Des habitations à Yaoghin

Des populations de Yaoghin, un quartier non loti à la sortie Ouest de Ouagadougou, menacées de déguerpissement, ont soutenu, le mardi 5 juillet 2022 face à la presse, qu’elles sont prêtes «à consentir des sacrifices nécessaires pour défendre leurs concessions» qui sont annexées par un promoteur d’école.

Installés dans le non-loti de Yaoghin pour la plupart en 1999, 96 foyers sont menacés aujourd’hui de déguerpissement, à la suite d’un contentieux foncier qui les oppose au promoteur d’un lycée établi dans ce quartier hors lotissement «depuis 2012».

Le président de la sous-section de Boulmiougou de l’Organisation Démocratique de la Jeunesse du Burkina Faso (ODJ), Kalidou Traoré au micro

Selon le président de la sous-section de Boulmiougou de l’Organisation Démocratique de la Jeunesse du Burkina Faso (ODJ), Kalidou Traoré, qui était face à la presse le mardi 5 juillet 2022, en compagnie des autres résidents du quartier, l’affaire est partie du fait que le promoteur de l’école a souhaité étendre son établissement dans le but de pouvoir faire les papiers du lycée.

En effet, le 12 octobre 2020, ces populations ont été «surprises (…) de constater devant (leurs) portes une équipe de topographes accompagnée par des employés du lycée (les) informant qu’ils sont là au nom du propriétaire de l’établissement pour borner son terrain», a dit M. Traoré. Il a affirmé que suite à cette situation, les habitants de la zone ont repoussé cette équipe et sont entrés en contact avec le chef traditionnel de Zagtouli d’où Yaoghin relève, afin de trouver une solution au problème.

Des habitations et le lycée à Yaoghin

Le président de l’ODJ sous-section de Boulmiougou, a déclaré qu’au cours des concertations chez le chef, «le promoteur a laissé entendre (…) que le terrain ne lui appartient pas mais comme il veut faire les papiers de son école et que sa superficie était insuffisante, il voulait délimiter la zone de telle sorte qu’elle atteigne la superficie demandée par les autorités pour faire les papiers». Et le chef lui a «proposé de (leur) trouver des parcelles», a-t-il fait savoir appuyant qu’après cela «les employés (du propriétaire de l’école)» en présence des «habitants de la zone concernée ont recensé toutes les concessions concernées».

Mais, toujours selon Kalidou Traoré, il n’y a pas eu de suite donnée à ce recensement. Seulement, les populations concernées par cette situation ont «été assaillies, le 26 mars 2022, par une centaine de gendarmes qui accompagnaient une équipe chargée de faire le bornage», a poursuivi M. Traoré. «Devant chaque porte, il y avait au moins un gendarme (…) Après leur départ, les habitants ont déterré les bornes et barré la route nationale N°1 pour marquer leur mécontentement», a-t-il rapporté.

Des populations de Yaoghin affectées par la situation

Ces populations affirment avoir été également devant le procureur qui a voulu comprendre ce qui se passe. Au cours de cette rencontre à leur «grande surprise» le promoteur du lycée accompagné de son avocat, a présenté «au procureur un document montrant que le terrain lui a été attribué». En vue, donc, d’une action en justice elles ont sollicité les services de Me Prosper Farama.

Kalidou Traoré et ses camarades qui se disent prêts aux sacrifices pour défendre leurs concessions, invitent «l’ensemble de la population à s’organiser pour défendre leurs intérêts mais aussi à se solidariser de toute lutte noble notamment (celle) que mènent les habitants des «non-lotis» pour défendre leur droit au logement».

Ils ont appelé, par ailleurs, «les autorités à se pencher suffisamment sur la gestion foncière dont les Administrations publiques ont la charge afin d’assainir le milieu».

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire