Accueil A la une Ouagadougou: la Police met aux arrêts un réseau de malfrats à Saaba

Ouagadougou: la Police met aux arrêts un réseau de malfrats à Saaba

Des délinquants mis aux arrêts

La Police nationale a mis aux arrêts un réseau de malfrats qui opéraient dans la commune rurale de Saaba, à la sortie Est de Ouagadougou, dans le cadre de la lutte contre l’insécurité urbaine, selon une note de l’institution le lundi 27 décembre 2021.

Dans le cadre de ses missions régaliennes de lutte contre l’insécurité sous toutes ses formes, la Police nationale à travers le Poste de Police de Saaba vient de mettre fin aux agissements d’un réseau de présumés malfrats dans la commune de Saaba.

En effet, « tard dans la nuit du 12 au 13 décembre 2021, grâce à la collaboration d’une bonne volonté ayant signalé la présence suspecte de deux (02) individus dans la commune de Saaba, une équipe y a été immédiatement dépêchée. Fort heureusement, les éléments ont pu interpeller les suspects et saisir un Pistolet Automatique de calibre 09 millimètres et un chargeur garni de 13 munitions », lit-on dans l’écrit de la Police nationale.

Le texte indique qu’à l’issue des investigations, « après l’interpellation des deux premiers, deux autres individus ont également été mis aux arrêts, portant ainsi le nombre des membres du groupe à quatre ».

En plus de la détention illégale d’arme à feu, ces malfrats sont présumés auteurs, entre autres, d’actes d’association de malfaiteurs et de tentative de vols à main armée. La Police a salué une fois de plus la population pour sa « vigilance » et sa « franche collaboration » qui ont contribué à l’interpellation diligente de ce réseau de malfrats.

Les premiers responsables de la Police nationale ont exhorté les populations à poursuivre dans la même dynamique et à demeurer vigilantes surtout en cette période de fin d’année, où les actes d’insécurité sont récurrents.

Pour dénoncer tous les cas suspects, la Police invite, par ailleurs, à le faire à travers les numéros verts mis à sa disposition que sont : les 17, 16 et 1010.

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire