Accueil Changeons un jour Ouagadougou: L’intolérance en circulation, un phénomène à combattre coûte que coûte

Ouagadougou: L’intolérance en circulation, un phénomène à combattre coûte que coûte

1359
0

A Ouagadougou, un phénomène et pas des moindres est souvent passé sous silence malgré qu’il crée des victimes. Il s’agit bel et bien de l’intolérance en circulation surtout aux heures dites de pointe qui se situent entre 6 et 9 H dans la matinée, 12 et 15H dans la journée et de 16H30 et 19H30 dans la soirée. Les victimes qui ont retenu l’attention de Wakat Séra sont plus les scolaires, qui se confient seulement à Dieu chaque jour afin qu’il les préserve saints et saufs.

L’on se demande si les passages à piéton ont réellement un sens et une importance à Ouagadougou, vu que la quasi-totalité des usagers n’y accorde aucune attention. Pire, des usagers, faisant fi de leur existence en arrivent même à cogner de pauvres piétons dont des scolaires vulnérables et sans défense, abandonnés à leur propre sort dans cette jungle de la circulation.

Les scolaires qui ont la chance, se voient aidés par des agents de sécurité, de simples particuliers qui souvent par conscience humaine qui sont obligés de s’interférer entre les usagers sans conscience et les élèves pour éviter l’irréparable. Ce fut le cas qu’a constaté Wakat Séra, sur l’avenue Oumarou Kanazoé, où un automobiliste a été obligé de positionner sa voiture de sorte à la servir de bouclier pour qu’une quinzaine de scolaires dont l’âge varie entre 5 à 10 dix ans, puissent traverser la voie, au forceps de certains usagers véreux qui s’empêchaient pas de klaxonner les passants comme pour leur dire de passer vite.

Selon des témoignages parvenus à Wakat Séra, des fois, des personnes de bonne volonté qui ont voulu aider des élèves pour traverser des voies en vue de rejoindre leurs domiciles ou écoles, ont été gravement persécutés par certains usagers, qui, roulant à vive allure, n’ont pu maîtriser leur engin pour éviter le drame. Et même si certains usagers arrivent à s’arrêter net devant des passants déjà affolés, ils se voient eux aussi persécutés par d’autres usagers imprudents dont le comportement en circulation ne peut qu’aboutir à de tels scénarios rocambolesques et surréalistes.

Vivement qu’un sursaut patriotique saisisse les populations et que des mesures vigoureuses soient prises par les autorités notamment sécuritaires afin qu’on puisse éviter d’autres drames certainement en vue avec cette canicule qui est souvent servie comme alibi. Changeons un jour !

Par Mathias BAZIE

Laisser un commentaire