Accueil A la une Ouagadougou: menaces de déguerpissement d’un chef coutumier

Ouagadougou: menaces de déguerpissement d’un chef coutumier

chapeau typique de chef traditionnel dans le plateau mossi (DR)

Ceci est une alerte de la famille du Rassam Naba, chef traditionnel, ministre du Baloum Naba, menacé de déguerpissement. Sa famille qui craint que le chef soit un SDF tire la sonnette d’alarme, surtout qu’elle parle de risques d’affrontement en populations.

A Bilbalogho premier quartier loti de Ouaga, il risque d’avoir une montée de température dans la grande famille du Rassam Naba. En effet cette famille a hérité d’une grande superficie (1800 m2 environ) de telle sorte qu’au moment des lotissements compte tenu de la grande superficie, du fait que l’attribution était nominative et d’une demi parcelle (312m2), la famille décida à l’époque de prioriser l’attribution aux aînés. Toute la famille vivait en parfaite symbiose, il acceptait que l’espace résidentiel appartenait à toute la famille.

Ces dernières années les héritiers de feu OUEDRAOGO Issa (grand frère et oncle) attributaire de parcelle ont demandé et obtenu de la justice que les autres membres de la famille (le chef en premier) déguerpissent les lieux ainsi le Rassam Naba(ministre du Baloum naba) sera sans domicile fixe(SDF).

C’est au cours des démarches récentes auprès de sa majesté le Moog Naba, Le Baloum Naba et les autorités administratives que les autres membres de la famille apprennent que la superficie figurant sur le PUH 625m2 n’est pas le bon. La commune de Ouaga a confirmé par correspondance que la superficie réelle est de 312m2 tout en précisant que personne n’a eu plus de 312m2 dans cette partie du quartier ; les avocats ont entrepris les démarches judiciaires pour rattraper le coup car l’expulsion est imminente (il reste une dizaine de jour avant que le Chef ne soit contraint de libérer les lieux).

Nous mettons sur la place publique ces faits pour éviter des problèmes familiaux pouvant entrainer des drames car les autres membres de la famille, les jeunes et les riverains n’entendent pas accepter cette état de fait. Il vaut mieux prévenir que guérir donc nous demandons aux autorités judiciaires, communales, sécuritaires et toute bonne volonté d’y mettre du sien pour que la situation ne dégénère pas.

Que les héritiers prennent leur superficie et laisse au chef et les autres le reste de l’espace. La famille actuellement est disloquée à cause de cette revendication mais l’honneur de la famille sera sauvegardé si le chef n’est pas déguerpi manu militari.

Nous signalons que les héritiers vivent présentement sur l’espace familial qui n’appartient pas à leur père tout en revendiquant la parcelle de leur père, en somme ils veulent s’accaparer de presque tout l’espace familial ! Quel égoïsme et cupidité.

Le porte-parole de la famille

Laisser un commentaire