Accueil Opinion Ouagadougou: « Un champ de patates sur la voie publique aux 1200 Logements »

Ouagadougou: « Un champ de patates sur la voie publique aux 1200 Logements »

4227
5
dav
Ceci est le cri de coeur d’un citoyen burkinabè, Salif Napon, qui déplore le fait qu’à « environ 5m de sa porte, au 1200 Logements »,  la voie publique  soit transformée en un champ de patates.
« J’ai ma maison No 1175 aux 1200 Logements. En visite au mois de juillet 2018, j’ai constaté à environ 5m de ma porte des buttes entourées de branchages en guise de clôture.
Je suis allé à la mairie de Bogodogo, service de la voirie pour les informer. Il m’a été promis que la mairie allait s’en occuper.
Deux semaines plus tard, rien n’a été fait. Je suis encore allé voir le même service de la voirie de Bogodogo. Pendant ce temps des plants de patates ont été mis sur les buttes.
J’ai quitté Ouagadougou le 6 août et quand je suis revenu le 24 septembre dernier, j’ai constaté que le service de la voirie de Bogodogo n’était toujours pas passé et le champ de patates est devenu une réalité avec une haie de branchages. Comme j’étais à Ouagadougou pour un très court séjour je n’ai pas pu repasser à la mairie de Bogodogo.
J’ai du mal à accepter ce type de comportement. Je lance un appel au Maire de Bogodogo pour qu’il puisse appliquer la loi et sensibiliser la population contre ce genre de pratiques. »
Dr. Salif Napon

5 Commentaires

  1. Ça fait quoi? Je ne vois vraiment rien de dramatique à ça. On cultive bien des potagers dans les cours en occident non? Et même qu’on fait la promotion de la production de légumes sur les immeubles et autres. Si c’est pour les moustiques, c’est pas les patates le problème. C’est l’assainissement d’ensemble de notre cadre de vie.

  2. Vraiment cultiver dans une portion de parcelle des légumes ca fait quoi? Mon frère tu exagère trop nous avons des problèmes plus urgents que ton problème. Par exemples les bruleurs de feux rouges lorsque nos forces de l’ordre sont absents sur les voix. C’est de la méchanceté ce comportement. En plus fe champs ne trouve pas sur ta parcelle et tu es absent la plus part du temps à la maison. Nous sommes au Burkina et ce genre de ressentiment pour avoir tout simplement cultiver des patates doit être exclu de nos habitudes pour une bonne cohabitation.

  3. Je remercie les internautes pour leurs reactions.
    Je dois preciser que le champ n’est pas sur une parcelle mais sur la rue.
    J’invite ceux qui le veulent et la mairie de Bogodogo de faire un tour sur les lieux pour en juger.
    Merci
    Dr. Napon

  4. Merci aux internautes qui ont exprime leurs points de vue.
    Je ne veux pas verser dans la polémique inutile mais je vais apporter quelques précisions.
    1. le champ de patates est sur le voie publique et non dans une parcelle. La rue qui fait peut être 12m de large est réduite de moitie et deux voiture ne peuvent pas se croiser.
    2. Je ne suis pas contre la culture de légumes. Les légumes peuvent être cultivés dans un endroit approprié.
    3. Au temps de la RDP, je ne crois pas que l’on encourageait la population a planter des patates sur la voie publique mais plutôt a nettoyer les voies et lutter contre l’insalubrité.
    4. Ceux qui brulent les feux rouges de même que celui qui cultive des patates sur la voie publique ont un comportement incivique.
    Enfin, j’invite les internautes et la mairie de Bogodogo a se rendre sur le terrain afin de faire une meilleure opinion.
    Merci

Laisser un commentaire