Accueil A la une Ouagadougou: une ombre considérée comme celle de la Vierge Marie crée l’émoi

Ouagadougou: une ombre considérée comme celle de la Vierge Marie crée l’émoi

3391
0

Une ombre sur un mur, considérée comme celle de la Vierge Marie « apparue » dans la famille Kargougou à Ouidi, un quartier populaire situé au Centre-nord de Ouagadougou, créée de l’émoi depuis le samedi 24 octobre 2020, selon les témoignages. Pour célébrer l’apparition de cette image visible sur le mur de la famille Kargougou, plusieurs centaines de personnes ont pris d’assaut le site devenu subitement un lieu de pèlerinage où elles viennent se prosterner, sous la surveillance des gendarmes.

Selon la Bible, la Vierge Marie représente un miracle et une abondante pénitence pour la communauté chrétienne, et au-delà, toute l’humanité. C’est la raison pour laquelle, plusieurs fidèles catholiques et particuliers, s’étant transformés en visiteurs spontanés, accourent vers la destination de toutes les supputations possibles. Pour les convaincus, cette ombre qui sort de l’ordinaire est un miracle qui annonce certainement des choses positives pour la famille Kargougou, le Burkina Faso, et pour tous les chrétiens du monde.

A Ouidi, la rue abritant l’endroit devenu subitement un « lieu saint », la cour d’une famille mixte, composée de catholiques, protestants et musulmans, est devenue la destination à ne manquer. Devant les portes du domicile de la famille Kargougou, une dizaine de gendarmes assure avec efficacité mais aussi avec beaucoup d’efforts, la sécurité des lieux. Mais cela n’empêche pas certains de tenter de se mesurer aux pandores, même s’ils finissent par déchanter face à un bras de fer qui ne tournera, certainement, pas en leur faveur.

Si dehors, la foule agitée est obligée de se repartir en deux lignes pour que les visiteurs, dans les rangs, à tour de rôle, puissent avoir accès, à la cour pour voir l’ombre de toutes les convoitises et autres curiosités, à l’intérieur c’est le calme et le recueillement. Du brouhaha, une fois dans la cour, l’image séduit même les plus sceptiques au départ. En ce moment, la curiosité laisse place à la louange, aux actes d’adoration, à la pénitence, à la vénération tout court.

Gloria Kargougou, élève

Mais que s’est-il réellement passé pour que la cour de la famille Kargougou soit le centre d’intérêt de plusieurs centaines de Ouagavillois qui viennent de toute part ? « Ça commencé le mardi (20 octobre) soir. J’étais en train de manger et j’ai remarqué une tache sur le mûr vers les 20H. J’ai vu une sorte d’ombre mais je n’ai pas fait attention à ça. Mais une de nos cousines (Mariam Sawadogo) a remarqué samedi la même image et elle a vérifié la forme pour tirer une conclusion que c’est la forme d’une statue. C’est ainsi qu’on a appelé des gens qui sont venus dire que c’est l’ombre de la statue de la vierge marie. Et c’est comme ça que ça a commencé », raconte Gloria Kargougou, 17 ans, élève en classe de 1ere D, première personne à avoir aperçu l’image.

Selon elle, certaines personnes croient à ce miracle mais d’autres aussi n’y croient pas. « On s’en remet à la décision de l’Eglise catholique », a-t-elle poursuivi exprimant ce qu’elle ressent comme sentiment à la suite de l’apparition de l’ombre qui serait celle de la vierge marie. « Ça me fait bizarre, j’ai des frissons mais c’est en même temps une grande joie pour nous car je pense que si l’ombre de la vierge Marie a laissé beaucoup de ménages et apparaître dans notre famille, c’est une grâce pour nous », s’est-elle réjoui.

Des visiteurs sur les lieux en séance d’adoration et de prière

Dans la cour miraculeuse, un dispositif spécial est visible. En effet, à côté de l’image qui serait celle de la Vierge Marie, on y voit vers les 20H de ce dimanche 25 octobre 2020, quand nous étions sur des lieux, des fleurs, des bougies, des chaises. Ce dispositif est sécurisé par des membres de la famille qui à notre passage interdisaient les prises de vues sauf en cas d’autorisation expresse. Selon les justificatifs qui nous été donnés sur cette interdiction, les flashes et autres lumière des appareils électroniques pourraient déranger beaucoup l’ombre « sacrée » et même provoquer sa disparition rapide.

Pour la famille qui est à quelques pas, tout au plus un demi-kilomètre de la paroisse notre Dame du Rosaire de Kologh-Naaba, elle attend les « abondantes grâces » de ce miracle, qu’il allège les problèmes de tout un chacun pris individuellement, pour les différentes communautés et le pays tout entier qui, surtout, vit actuellement une situation d’insécurité très préoccupante. Malgré le bruit qui la dérange la nuit comme le jour, elle demande aux visiteurs de rester disciplinés afin que tous ceux qui le désirent passent rendre témoignage de leur découverte.

Si pour la plupart des visiteurs que nous avons interrogés sur place à l’intérieur comme à l’extérieur de la cour abritant l’image singulière, il n’y a pas de doute, l’ombre est bel et bien celle de la sainte Vierge Marie, ce qui les motive, d’ailleurs, à passer de la curiosité à la pénitence et à une attitude de reconnaissance envers Dieu, d’autres par contre, ne voulant pas faire dans l’émotion, disent attendre la position des personnes avisées en la matière avant de tirer une conclusion.

Pour lever tout doute, la famille Kargougou a fait appel à des hommes de Dieu dont le curé de la paroisse Notre Dame du Rosaire de Kologh-Naaba afin que l’Eglise étudie l’image et se prononce en définitive sur l’authenticité de cette ombre considérée comme celle de la Vierge Marie.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire