Accueil A la une Vie chère au Burkina: l’ultimatum de l’Opposition politique au gouvernement

Vie chère au Burkina: l’ultimatum de l’Opposition politique au gouvernement

Le ministre en charge du Commerce Harouna Kaboré (à gauche) aux côtés du chef de file de l'opposition politique Eddie Komboïgo

Le ministre en charge du Commerce, Harouna Kaboré, a rencontré ce vendredi 13 août 2021, le chef de file de l’opposition politique (CFOP), au siège de l’institution pour échanger sur la hausse des coûts des produits de grande consommation. Au cours de cette  rencontre, le leader du CFOP Eddie Komboïgo a donné trois mois au gouvernement pour travailler à faire baisser les prix de ces produits.

La rencontre tenue sur l’initiative du ministère en charge du Commerce, a permis à Harouna Kaboré et ses collaborateurs d’échanger avec le Chef de File de l’Opposition Politique, Eddie Komboïgo, sur la flambée des prix des produits de première nécessité au Burkina Faso. A leur sortie d’audience, le ministre Kaboré a souligné qu’ils ont eu l’occasion de présenter la situation au CFOP en termes de causes et d’impacts sur la vie des populations. «Nous avons aussi indiqué l’ensemble des décisions, actions et mesures conjoncturelles qui sont mises en œuvre sur le terrain pour contenir cette augmentation des prix de ces produits», a déclaré le ministre en charge du Commerce qui s’est dit «satisfait» d’avoir participé à une réunion avec «une opposition républicaine qui est engagée à faire en sorte que les actions posées chaque jour permettent de tirer le pays vers le haut».

 Il a aussi présenté au Chef de File de l’Opposition politique, les actions menées par le gouvernement dans le sens de «sortir définitivement le pays de la dépendance de l’importation de certains produits» dont les populations souffrent de la hausse de leurs coûts.

«Lors de nos échanges nous avons reçu des contributions du chef de file de l’opposition politique», a affirmé Harouna Kaboré, soulignant qu’ils ont compris «qu’il est important de continuer à partager les informations et que le gouvernement de son côté continue aussi de faire des efforts supplémentaires afin de juguler la situation».

Le leader du CFOP, Eddie Komboïgo, a , pour sa part déclaré «n’avoir pas vu réellement de propositions concrètes et nouvelles» du gouvernement tendant à améliorer les prix à  court et long termes. Il a, par ailleurs, proposé au gouvernement de travailler à augmenter la production locale, car selon lui, «il manque à ce gouvernement cette vision de travailler à augmenter la production».

A en croire Eddie Komboïgo, ils ont attiré l’attention du gouvernement à prendre des dispositions conséquentes pour que dans les trois mois qui suivent les prix baissent. «Si tel n’est pas le cas, on finira par dire au gouvernement de partir, ce n’est pas de la provocation ni de l’incitation à la révolte, mais c’est une situation que les populations vivent», a-t-il laissé entendre.

Siaka CISSE (Stagiaire)

Laisser un commentaire