Accueil Société Affaire charbon fin : va-t-on vers une expertise de la marchandise ?

Affaire charbon fin : va-t-on vers une expertise de la marchandise ?

Le Directeur Général de IAM GOLD Essakane SA, Mohamed Ourriban, montrant le charbon fin aux journalistes (photo d'archives)

Le tribunal a rejeté, ce mardi 14 janvier 2020, les exceptions de nullité sur les rapports d’expertise commandités par le ministère public dans l’affaire dite de « charbon fin ». En attendant le retour du procès le 11 février à venir, l’on se demande si l’on va vers une expertise de la marchandise.

Il y a des raisons de penser de cette manière, dans la mesure où les juges ont estimé dans leur délibération que le rapport élaboré par les deux ‘’experts’’ n’est pas un rapport d’expertise judiciaire mais restera comme une pièce du dossier.

Il convient de noter que l’expertise indépendante qui est aujourd’hui en voie de validation et qui devrait être réalisée sous la conduite d’un jug, n’est pas une contre-expertise puisqu’il n’y a avait pas eu d’expertise. Elle permettra, sans nul doute de situer davantage dans la recherche de la vérité sur cette affaire. Du reste, le principal mis en cause, la société Essakane SA n’est visiblement pas contre, pour l’avoir demandé depuis que le dossier était au parquet. Et le principe de cette expert passe, sera-t-elle une expertise nationale ou une expertise internationale neutre ?

Me Edasso Rodrigue Bayala de la partie civile avait fait savoir le 14 janvier dernier qu’ils n’ont pas refusé la commission d’un expert. Toutefois, il dit qu’ils estiment que s’ il faut qu’un expert soit désigné, il faut qu’il ait une question d’ordre technique qui soit posée ».

Par Boureima DEMBELE

Laisser un commentaire