Accueil A la une Attaque de Solhan: un groupe affilié au GSIM pointé du doigt 

Attaque de Solhan: un groupe affilié au GSIM pointé du doigt 

Les forces armées nationales sont elles assez aguerries pour affronter les terroristes? (Ph. illustration/fr.allafrica.com)

Le ministre burkinabè de la Communication, porte-parole du gouvernement, Ousséni Tamboura, à l’issue du Conseil hebdomadaire des ministres ce mercredi 23 juin 2021, a donné des éléments d’informations sur les récentes attaques auxquelles le pays a fait face ces derniers jours. Selon le gouvernement, le groupe qui a perpétré l’attaque de Solhan ayant causé la mort de 132 civils s’appelle «le Moujaïd Al Qaïda, un groupe affilié au GSIM (Groupe de soutien à l’Islam et aux Musulmans)».

 En plus des 11 policiers tués à Barsalogho lundi, deux militaires ont été tués dans cette matinée après que leur pick-up parti pour mener des opérations de ratissage pour traquer les assaillants, a sauté sur une mine artisanale.

Face aux journalistes à la sortie du Conseil des ministres de 23 juin 2021, M. Tamboura a indiqué que «deux suspects avaient été interpellés avant l’attaque de Solhan» qui a fait officiellement 132 civils tués. Les interrogatoires à Ouagadougou, quelques jours après l’attaque, ont révélé des informations qui font état de ce que «les assaillants qui ont perpétré l’attaque (sanglante à Solhan) étaient en majorité des enfants dont l’âge est compris entre 12 et 14 ans», a déploré le porte-parole du gouvernement.

«Ca c’est une information que nous n’avions pas au moment de l’attaque», a poursuivi le ministre de la Communication qui a ajouté que selon les informations obtenues à la suite des interrogatoires des agents des Forces de Défense et de Sécurité (FDS), « des femmes aussi avaient joué un rôle en indiquant des concessions ou des cibles ».

Ces deux suspects ont également signifié aux FDS que le groupe qui a perpétré l’attaque de Solhan, la plus meurtrière au Burkina depuis les attaques terroristes début janvier 20216, s’appelle « le Moujaïd Al Qaïda, un groupe affilié au GSIM (Groupe de soutien à l’Islam et aux Musulmans) ».

Les deux militaires ont perdu la vie sur le champ de bataille à la suite de la mort des policiers qui sont tombés dans une embuscade terroriste lundi. Des militaires ont été envoyés en renfort pour effectuer des ratissages en vue de neutraliser les assaillants qui écument la région du Centre-nord qui a enregistré plusieurs milliers de déplacés internes recueillis à Kaya, le chef-lieu.

C’est en menant cette opération que leur pick-up a sauté sur un engin explosif improvisé dans les parages de Barsalogho, endommageant fortement le véhicule. « Ce matin, nous pouvons retenir que deux de nos vaillants fils sont tombés. Dans les mêmes journées du lundi à mardi on nous signale des attaques qui semblaient concernées des VDP du Nord dans la province du Lorum », a déclaré le porte-parole du gouvernement.

Il a émis le vœu que «les blessés puissent naturellement se rétablir au plus vite et se réarmer moralement et stratégiquement pour regarder les faits». Il a aussi au nom du gouvernement réitéré ses condoléances aux familles des disparus.

Le ministre de la Communication a aussi attiré l’attention des usagers sur leur responsabilité dans l’usage des réseaux sociaux. «On aura aussi noté que ces drames sur nos populations et nos FDS s’accompagnent d’un autre type de terrorisme sur les réseaux sociaux, ce que moi j’appelle, les fausses informations, les intoxications et les rumeurs», a-t-il dit sur le sujet.

Ousséni Tamboura a aussi révélé que les services de sécurité burkinabè ont appréhendé un suspect qui était activement recherché à Boromo. Ce dernier «se révélait être un recruteur et informateur des assaillants», a-t-il mis en garde, interpellant toutes les sensibilités sociales dans cette lutte contre les terroristes qui multiplient leurs attaques ces derniers jours, notamment en ce début de semaine qui enregistre 13 morts dont 11 policiers et 2 militaires en trois jours.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire