Accueil Société Attaques armées au Burkina:  Chériff Sy veut travailler à «gagner la confiance des populations»

Attaques armées au Burkina:  Chériff Sy veut travailler à «gagner la confiance des populations»

1847
0
Moumina Chériff Sy remplace Jean-Claude Bouda à la tête du ministère de la Défense

Le nouveau ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants, Moumina Chériff Sy, a indiqué ce vendredi 24 janvier à son installation que lui et ses collaborateurs travailleront à « gagner la confiance des populations », après que le Burkina Faso a fait l’objet, à maintes reprises, depuis avril 2015, d’attaques armées qui ont endeuillé les agents de sécurité et des civils et causé de nombreux dégâts matériels des Forces de défense et de sécurité (FDS).

Le secrétaire général du gouvernement, Wenceslas Stéphane Sanou, a procédé dans l’après-midi de ce vendredi 25 janvier, dans la capitale burkinabè, au ministère de la Défense, à l’installation du ministre d’Etat, Moumina Chériff Sy qui remplace Jean-Claude Bouda, ministre sortant qui a fait deux ans à la tête de l’institution. « C’est une grande confiance qui a été placée en vous, certainement au regard de vos compétences et de votre expérience, mais en même temps c’est une grande responsabilité que vous allez désormais assumer, celle de conduire avec succès la mise en œuvre et le suivi de la politique du gouvernement en matière de défense », a déclaré devant le Chef d’état-major général des armées (CEMGA, Moïse Miningou), nouvellement nommé, et des officiers généraux, officiers, sous-officiers, soldats de rang et personnels civils, le secrétaire général du gouvernement.

De la gauche vers la droite, Chériff Sy, Stéphane Sanou, secrétaire général du gouvernement et Jean-Claude Bouda

Il a invité le ministre entrant, à être, conformément aux instructions du président Roch Kaboré et du Premier ministre Christophe Dabiré, « un modèle de probité au travail, constamment à l’écoute de (son) département ministériel, sans faiblesse et avec toujours un management empreint de responsabilité et de réalisme ».

« Grâce à l’expertise interne des cadres au sein de notre institution, le plan stratégique de reformes des forces armées pour la période 2018-2021, a été finalisé et nous l’avons soumis au gouvernement qui l’a adopté en décembre 2017 », a affirmé le ministre sortant Jean-Claude Bouda, ajoutant que « pour permettre sa mise en œuvre harmonieuse, nous l’avons accompagné d’une loi de programmation militaire quinquennale que l’Assemblée nationale a votée le 14 décembre 2017 et ce à l’unanimité ». Il s’est aussi félicité pour les équipements et infrastructures réalisées ou en cours de réalisation pendant son passage à la tête du département.

Six membres du gouvernement dont Chériff Sy ( à gauche) posant devant le ministère de la Défense

Selon M. Bouda, « pour faire face à la menace terroriste dont les actions sont principalement dirigées contre nos hommes, leurs équipements et leurs infrastructures, nous avons révisé nos plans en la matière pour les adapter au contexte ». Au-delà de la relecture du statut des personnels des Forces armées nationales (FAN) et des lois sur les conditions d’avancement, « nous avons été attentifs, à l’administration générale des personnels pour l’amélioration constante de leurs conditions de vie et de travail », a-t-il signifié avant de souligner que « la consécration des programmes budgétaires avec la nomination des responsables de programmes, permettra d’assurer plus de cohésion et de cohérence dans la mise en œuvre » des activités du ministère.

Aussi, par son action, à l’en croire et avec l’accompagnement de la haute hiérarchie militaire, son équipe a « procédé à la révision de la grille salariale et du régime indemnitaire, institué les primes d’opération et des indemnités pour les forces spéciales, institué une indemnité aux ayants droits des personnels des forces armées décédées suites à des attaques terroristes ».

Les deux ministres et des officciers généraux

Après avoir demandé à l’assemblée d’observer une minute de silence pour les soldats tombés sur le champ de bataille, Chériff Moumina Sy a, d’abord, rendu hommage à son prédécesseur, Jean-Claude Bouda, en le « félicitant » pour le « travail abattu » durant son passage au ministère de la Défense. Ses actions vont s’inscrire dans une dynamique de continuation et de renforcement des acquis du département, a-t-il noté. « Il s’agira aussi de continuer à relever le plus grand défi qui est le nôtre, c’est-à-dire notre engagement, notre capacité à rassurer les populations que l’Etat est à même de garantir leur sécurité », a-t-il martelé en insistant que « le plus grand défi, c’est de gagner la confiance de nos populations ».

Il s’est dit confiant puisqu’il pense qu’il est dans une institution où le « défi » sécuritaire doit être « facile à relever parce que dans cette institution, le sens de l’honneur est affiché (et) le sens de la patrie est très élevé ». « Ce défi sera facile à relever (puisque) cette institution regorge de ressources humaines de qualité », a-t-il renchéri en invitant les officiers généraux, officiers, sous-officiers, hommes de rang et les personnels civils du ministère de la Défense à travailler pour qu’ils « puissent tous ensemble haut les cœurs aller à la victoire ».

Du mois d’avril 2015 à nos jours, selon certains observateurs de la situation sécuritaire, les attaques armées, qualifiées de terroristes, ont fait au moins ; « 300 morts (agents de sécurité et civils) » au Burkina Faso. Selon toujours cette même source, ces attaques armées, ont créé un marasme économique dans le pays qui a subi ces dernières années plusieurs troubles socio-politiques dont l’insurrection populaire de fin octobre 2014 et le putsch de 16 septembre 2015.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire