Accueil Société Attaques du 2 mars : le Burkina enterre ses soldats

Attaques du 2 mars : le Burkina enterre ses soldats

L’armée burkinabè et des Ouagalais ont accompagné, ce mercredi 7 mars 2018, les militaires tombés lors des attaques de l’état-major général des armées et l’ambassade de France au Burkina, le 2 mars 2018, à leur dernière demeure au cimetière municipal de Gounghin à Ouagadougou.

Répondant à l’appel lancé par le maire Armand Beouindé, les populations sont sorties nombreuses pour rendre un dernier hommage aux huit soldats tués dans les attaques de Ouagadougou, avant leur inhumation.

Ces militaires qui sont « morts pour la patrie » ont été inhumés en présence, notamment, des membres du gouvernement, le Haut représentant du chef de l’Etat Chériff Sy, des hauts gradés de l’armée burkinabè, notamment son premier responsable, le général Oumarou Sadou, parents et amis des victimes de l’attaque et l’ambassadeur de la France Xavier Lapeyre de Cabanes.

« Ils ne sont pas tombés en vain (…) le combat va continuer. Nous allons nous défendre et conjuguer aussi nos efforts avec les autres », a laissé entendre le chef d’état-major général des armées Oumarou Sadou pour qui l’accompagnement de la population est capital dans la lutte contre les attaques armées.

Pour le médiateur du Faso Saran Sérémé, « le peuple burkinabè saura toujours unir ses forces pour lutter contre cette ennemie si vicieuse ».

Le vendredi 2 mars 2018, huit assaillants ont perpétré des attaques qui ont fait huit tués et plus de 80 blessés. Cette attaque a été revendiquée par Nusrat Al-Islam Wal-Muslimin, une coalition terroriste active dans le nord du Mali.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire