Accueil Economie Burkina: « 70% de la mévente des produits locaux est due à l’absence...

Burkina: « 70% de la mévente des produits locaux est due à l’absence de qualité » (ministre Commerce)

451
0

Le ministre burkinabè en charge de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (MICA), Harouna Kaboré, a animé une conférence de presse, ce jeudi 16 juillet 2020, à Ouagadougou, sur la qualité des produits locaux commercialisés. De ses propos, il ressort que « 70% de la mévente des produits locaux est due à l’absence de qualité ».

Sur près de 40 minutes, le ministre Kaboré a présenté une communication sur « l’infrastructure qualité » qui signifie l »‘ensemble du cadre institutionnel (public ou privé) nécessaire à l’établissement et à la mise en oeuvre de services de normalisation, de métrologie, d’accréditation et d’évaluation de la conformité ». C’est en somme les mécanismes qui permettent d’avoir des produits qui répondent aux exigences des standards nationaux et internationaux.

L’infrastructure qualité au Burkina Faso est nécessaire pour la conformité et la surveillance des produits. Elle permettra aussi de protéger les consommateurs, d’aider à la mise en quarantaine des marchandises et produits nocifs. L’infrastructure qualité vise également à améliorer les possibilités de commerce international en réduisant les obstacles techniques au commerce, selon le ministre et ses collaborateurs qui ont échangé avec les journalistes.

Dans le sens de cette politique d’incitation à la qualité des produits locaux, le ministère du Commerce a lancé l’Initiative 100 Produits à Certifier dénommée « Initiative 100 PC ». Cette politique a permis de certifier 35 produits, de déclarer 13 non-conformes, tandis que 120 ont fait l’objet de prélèvement.

Il s’agit pour les produits certifiés, entre autres, des « eaux minérales, les huiles alimentaires, notamment, l’huile de coton raffinée enrichie en vitamine A, le beurre de karité, le miel, les viandes de volailles, les farines infantiles, farines et gritz de maïs, les graines de mung bean et ses produits dérivés, l’attiéké, le sirop de balanites, les granulés de tamarin, les infusions à base de moringa, les biscuits de céréales composées, la poudre de moringa, la poudre de pain de singe, les jus de tamarin, de liane goïne, de pain de singe, de moringa et de bissap ».

A ce jour, le ministère a pu labelliser quatre produits que sont le Faso Dan Fani, le Chapeau de Saponé, le beurre de karité et les produits de cuir et peaux de Kaya, a précisé Harouna Kaboré.

Le ministre Kaboré « a vraiment organisé » le secteur du commerce, ont témoigné des responsables d’entreprises de commercialisation des produits locaux qui ont salué cette rencontre qui encouragera les transformateurs, les commerçants et même les clients à avoir un oeil regardant sur les produits locaux.

Pour reconnaitre les produits reconnus légalement, les consommateurs doivent identifier sur les produits la marque « NBF » qui est la garantie.

La qualité des produits « made in Burkina » est la réponse aux difficultés d’écoulement et levier de la compétitivité des PME/PMI, a conclu le ministre du Commerce après avoir récompensé des patrons et patronnes d’entreprise de produits locaux avec des attestations de reconnaissance. 

Par Bernard BOUGOUM 

Laisser un commentaire