Accueil A la une Burkina/Augmentation du prix du carburant: « On a trop de problèmes pour qu’on...

Burkina/Augmentation du prix du carburant: « On a trop de problèmes pour qu’on en rajoute (…) »

Photo d'illustration

Le Gouvernement burkinabè a annoncé, le mercredi 11 mai 2022, une augmentation de 100 F CFA sur le prix des hydrocarbures. Une décision diversement appréciée par les Burkinabè dont certains se sont prononcés, jeudi 12 mai, au micro de Wakat Séra à Ouagadougou.

Simon Pierre Bancé, couturier: «La décision c’est pour nous permettre d’avoir du carburant»

C’est une crise mondiale qui concerne tout le monde. Il faut que nous acceptions cette réalité pour qu’il n’y ait pas de rupture de carburant. Parce que si on veut garder le prix actuel, cela veut dire que l’Etat va continuer à subventionner une bonne partie, sans quoi, on n’aura pas de carburant du tout. Donc pour moi, comme il s’agit d’un phénomène mondial, il faut que chacun accepte et s’y mette pour qu’on ait encore du carburant. La dernière fois, les rumeurs ont circulé sur une pénurie de carburant et on a vu ce que cela a produit.

On a même payé le litre à un prix plus que celui avec les 100F CFA d’augmentation.  J’ai personnellement acheté le litre à 1 000 F CFA, parce que je n’avais pas le choix. Si les choses redeviennent normales et que la situation se stabilise, je pense que le Gouvernement va certainement revoir sa décision. Pour l’instant, il faut qu’on accepte la situation actuelle, il n’y pas besoin de manifester. La décision c’est pour nous permettre d’avoir du carburant.

Ibrahim Sana, conducteur: «On a trop de problèmes pour qu’on en rajoute en prenant de telle décision»

C’est une très mauvaise décision pour les Burkinabè. Une fois que le prix du carburant s’augmente, les conséquences se répercuteront sur les autres domaines. Nous souffrons déjà à cause de la vie chère dans ce pays. C’est grave, il y a la sécurité qui ne va pas, le chômage, on a trop de problèmes pour qu’on en rajoute en prenant de telle décision.

Norbert Sou Ouena, agent évoluant dans le bâtiment: «C’est regrettable!»

La hausse des prix est une conjoncture mondiale. Mais je trouve que cette augmentation est un peu trop élevée. A la rigueur, le Gouvernement devrait temporiser en essayant de le faire progressivement, 25F, après 75F. Cela n’aurait pas trop pesé sur les populations. Mais avec cette décision, les autres domaines, notamment le transport qui va aussi augmenter ses tarifs. C’est regrettable!

Issa Wandaogo, vendeur de café: «C’est mieux d’avoir du carburant, même cher, que de ne pas peut l’avoir»

Si le Gouvernement a augmenté le prix de 100 F, il a ses raisons, c’est son choix. Pour moi, même si on monte à 200 F, c’est celui qui a les moyens qui a va acheter. On ne force personne à monter dans une voiture ou sur une moto. On a acheté le litre à 250 de par le passé. Le prix a augmenté jusqu’à atteindre plus de 600 F. Mais on a continué de circuler sur des motos. On ne peut pas acheter une voiture à des millions ou rouler sur une moto d’un million et se plaindre d’une augmentation de 100 F sur le litre du carburant. C’est mieux d’avoir du carburant, même cher, que de ne pas l’avoir.

Pierre Nana, commerçant: «C’est une très mauvaise nouvelle»

Tout le monde n’est pas d’accord avec cette affaire d’augmentation du prix du carburant. C’est une très mauvaise nouvelle. On n’arrive même pas à manger à notre faim. Tout est cher dans le pays, les prix augmentent chaque jour, et maintenant on vient augmenter le prix du carburant. Qu’allons-nous devenir? On va s’en sortir comment? Si le Gouvernement dit que les prix ont augmenté dans d’autres pays, il faut savoir que les pays ne sont pas les mêmes et nous n’avons pas les mêmes problèmes. Notre Gouvernement doit revoir cette décision, par exemple diminuer cette augmentation, peut-être 25 ou 40 F, mais pas à 100 F en un coup.

Paré, agent au service autofreinage: «Tout est d’ailleurs déjà cher dans ce pays, ce n’est pas seulement l’essence»

Pour moi l’augmentation est justifiée. Parce que si le prix s’augmente à l’extérieur, il faut s’attendre à ce qu’il en soit pareil chez nous aussi. Les 100 F CFA jugés comme étant trop? C’est le Gouvernement qui en a décidé ainsi, il sait pourquoi il le fait, on ne peut rien changer à cela. C’est vrai qu’on a rarement connu, voire jamais, une telle augmentation, mais il faut savoir que toute chose a un début. Il y a eu des moments où c’était des augmentations de 10 F, 15 F, donc il faut s’attendre à tout, même à une hausse de plus de 100 F dans les années à venir. Mais c’est inévitable que cette augmentation entraîne d’autres augmentations, tout est d’ailleurs déjà cher dans ce pays, ce n’est pas seulement l’essence.

Irénée Korbeogo, agent de santé: «Ce n’est pas de la faute du Gouvernement»

Ce n’est pas de la faute du Gouvernement. L’augmentation de 100 F CFA peut être vue comme étant élevée, mais cela dépend de ce que le Gouvernement débourse pour mettre le carburant à la disposition de la population. La situation actuelle est complexe avec la question de l’insécurité liée au terrorisme, la guerre Russie-Ukraine. Cela a causé beaucoup de problèmes. Et les conséquences, ce n’est pas seulement au niveau de l’essence, mais sur bien d’autres plans. Aucune guerre n’est bonne et celle en Ukraine doit cesser, car elle entraîne d’énormes conséquences, même en Afrique.

Seydou Congo, commerçant: «Cette décision va empirer la situation déjà intenable»

Je trouve que cette augmentation est exagérée au regard de la situation actuelle du pays où tout est cher et les affaires ne marchent plus. Cette décision va empirer la situation déjà intenable. Si vous ne pouvez pas diminuer, n’augmentez pas non plus. Nous comparer aux autres pays pour justifier cette augmentation ne tient pas, parce que nous avons d’autres produits dont les prix ont connu une hausse, une situation que les autres pays ne vivent pas comme nous.

Propos recueillis par Siaka CISSE (Stagiaire)

Laisser un commentaire