Accueil Société Burkina: lancement d’un programme de renforcement de capacité au profit des acteurs...

Burkina: lancement d’un programme de renforcement de capacité au profit des acteurs du secteur minier

698
0

L’Alliance pour une mine responsable (ARM Burkina) mandatée par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) a lancé ce vendredi 18 octobre 2019, à Ouagadougou, le programme de renforcement de capacités en Afrique de l’ouest sur le Guide OCDE sur le devoir de diligence pour des chaines d’approvisionnement responsables en minerais. Cette session de formation a été initiée au profit des acteurs du secteur minier au Burkina et sera dispensée, les jours à venir, dans les autres pays de l’Autorité de développement intégré des Etats du Liptako-Gourma (ALG).

«L’activité de renforcement des capacités des acteurs intervenant dans la chaine d’approvisionnement est l’une des recommandations (d’une) étude conjointe OCDE/ALG» réalisée en 2018, a affirmé le secrétaire exécutif de l’ALG, Saïdou Oua.

Ce programme de renforcement des capacités lancé ce vendredi, s’étendra jusqu’à avril 2020. il a pour objectifs principaux de faire connaître le Guide OCDE d’une part et de générer les capacités nécessaires pour la prise d’actions concrètes de la part des parties prenantes pour l’émergence de chaînes d’approvisionnement en minerais qui ne soient pas liées au conflit et aux violations des droits humains.

Selon M. Oua, ce sont au total, «six ateliers de formation» qui seront dispensés dans l’espace ALG (Burkina, Mali et Niger). Ils «permettront aux participants, particulièrement aux organisations de comptoirs d’achat, des artisans miniers, de petits exploitants, des opérateurs miniers industriels, des organisations non gouvernementales, et des services techniques des administration publiques de s’approprier le Guide OCDE, de mieux le comprendre, de l’analyser et de voir dans quel contexte nos Etats pourront aller vers sa mise en œuvre», a poursuivi le secrétaire exécutif de l’ALG.

Quant au parrain de la cérémonie de lancement de ce programme, Oumarou Idani, ministre burkinabè des Mines et des Carrières dont le discours a été lu par sa secrétaire général Sétou Compaoré, qui le représentait, a indiqué que «c’est grâce au dynamisme du partenariat entre l’ALG et l’OCDE que le programme pour la mise en œuvre du Guide OCDE s’est étendu en Afrique de l’Ouest».

Pour M. Idani, cité par Mme Compaoré, ce guide OCDE sur le devoir de diligence pour des chaînes d’approvisionnement responsables en minerais provenant des zones en conflits ou à haut risques de conflit «est un outil nécessaire, pour engager la responsabilité de tous les acteurs se trouvant aussi bien en amont qu’en aval de ces chaînes d’approvisionnement en minerais, à œuvrer dans le sens de garantir la traçabilité des ressources exploitées et le respect des droits humains».

«A l’issue de ce travail, le Burkina Faso se porte volontier pour éventuellement porter la coordination de cette initiative afin de la mettre en œuvre avec ses pays frère du Mali et du Niger en comptant bien entendu sur les appuis essentiels de l’ALG et des partenaires au développement», conclu le discours du ministre Idani.

Selon le chef de la délégation de l’Union européenne, un des partenaires de l’AMR Burkina, Wolfram Vetter, ce guide est un outil qui peut contribuer à l’atteinte des objectifs.

«Au-delà du continent africain ce guide a inspiré et continue d’inspirer plusieurs organisations et institutions pour l’élaboration de standard dans l’industrie minière», a dit M. Vetter. Il a fait savoir que «les Etats et les institutions peuvent toujours sur l’engagement de l’Union européenne pour les chaînes d’approvisionnement responsable en minerais».

Au niveau du Burkina, après l’atelier de Ouagadougou, deux autres ateliers seront tenus à Gaoua et à Banfora.

Le Guide OCDE a été initialement centré sur l’Afrique centrale depuis son lancement en 2013 avant s’étendre à l’Afrique de l’Ouest.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire