Accueil Société Burkina: les syndicats des taximen se démarquent des appels à la démission...

Burkina: les syndicats des taximen se démarquent des appels à la démission de Roch Kaboré

Les responsables des syndicats des taximen du Burkina

Les responsables du bureau exécutif de la Fédération nationale des syndicats des taximen et des acteurs du transport urbain du Burkina (FNST/ATU-B) ont animé une conférence de presse pour se démarquer des appels lancés par des Organisations de la société civile (OSC) pour exiger la démission du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, accusé d’incapacité à gérer la crise sécuritaire que le pays connaît depuis l’arrivée au pouvoir en janvier 2016 du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP).

Cette conférence de presse vise à mettre en garde sur les impacts négatifs que pourrait avoir une crise politique sur l’économie nationale en général et sur le transport urbain en particulier, ont fait observer dès l’entame de leurs propos, les conférenciers qui disent avoir pris la décision la nuit du jeudi de faire leur sortie médiatique ce vendredi car ils ont constaté par voie de presse et sur les réseaux sociaux depuis quelques jours, une vive tension sociopolitique consécutive aux dernières attaques terroristes que les Forces de défense et de sécurité (FDS) ont subies, notamment leurs positions de Inata, Kelbo et Foubé.

« Nous appelons les taximen de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso à ne pas se tromper d’adversaires et à se désolidariser de tout mouvement de marche visant à demander le départ du président du Faso », a déclaré le président de la FNST/ATU-B, Adama Emmanuel Nacoulma qui demeure convaincu que sans paix et la cohésion sociale, il ne peut avoir de développement économique.

La FNST/ATU-B a, ainsi, appelé ses membres « à faire preuve de vigilance, à vaquer paisiblement à leurs occupations et à se démarquer de toute action et mouvement tendant à remettre en cause de l’ordre républicain et pouvant fragiliser davantage la cohésion sociale déjà mis en mal ».

Les conférenciers ont également saisi l’occasion pour interpeller le chef de l’Etat, Roch Kaboré, et l’ensemble du gouvernement à diligenter des « mesures fortes visant à améliorer la situation sécuritaire et sociopolitique de notre pays et à sanctionner sans état d’âme, tous les officiers et soldats qui sèment le trouble au sein de notre Armée républicaine ».

Les conférenciers ont rendu un vibrant hommage aux FDS qui abattent avec les moyens dont ils disposent, un travail remarquable pour la défense de l’intégrité physique du Burkina.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire