Accueil Culture Burkina/Musique: Radia sort son 1er album intitulé « Niendji »

Burkina/Musique: Radia sort son 1er album intitulé « Niendji »

866
0
Le présidium pour la présentation de l'artiste Radia, au centre (Ph. Wakat Séra)

La musicienne Adjara Sérémé de son son nom d’artiste Radia, a présenté ce dimanche 9 décembre à Ouagadougou, son tout premier album intitulé, « Niendji » qui traite des faits sociaux dont l’amour. Composé de six titres, Niendji est chanté en plusieurs langues du terroir à savoir, le San, le  Mooré, le Dioula et le Français. L’album de Radia qui s’inscrit dans le registre Afro Pop, est un métissage de sonorités du terroir burkinabè.

Niendji est une variété de musique Afro-Pop, Zouk, Slow, et Reggae qui traite de thématiques d’ordre sociétal notamment l’amour, la reconnaissance, l’intégrité et le patriotisme. Auteur, compositeur et interprète, Radia, s’avère être une perle rare en phase de révélation à entendre son timbre vocal. Native d’un petit village (Diandé) dans la région de la boucle du Mouhoun, à l’Ouest du Burkina, elle dit avoir été bercée par différentes cérémonies de réjouissances dont les funérailles et les fêtes coutumières.

Mais, c’est en ville qu’elle a mûri son expérience musicale au sein des groupes d’orchestre dans des espaces où on ne joue rien que du live.

Passionnée de musique, Radia, contrairement à la plupart des artistes qui tracent nouvellement leur chemin, n’a pas connu « beaucoup de difficultés » car ses deux parrains, Papi Zouré et Frédéric Badolo, l’ont vraiment soutenue par leur accompagnement multiforme.

Les parrains se sont dits d’ailleurs confiants de comment cet album va se comporter sur le marché du disque burkinabè, car il est de « qualité » et touche toutes les composantes sociales.

Papi Zouré, l’un des parrains reçoit le premier disque dédicacé par l’artiste Radia (Ph. Wakat Séra)

Les six titres de cet album sont : « Niendji, Madji, M’nonga fô, Né djarabi, Burkina Faso et Laboukoun ». L’artiste dit avoir été inspirée par Amity Méria du Burkina et Oumou Sangaré du Mali.

Le premier titre « Niendji », parle de la grâce d’un amour réciproque, a affirmé Radia qui a poursuivi que le deuxième, « Madji », qui veut dire : « Tu m’aimes en langue San », parle de la reconnaissance, du sacrifice que chaque partenaire doit faire dans une relation amoureuse.

Le troisième titre, « M’nonga fo », chanté en langue Mooré, parle des merveilles de l’amour, selon l’artiste. Le quatrième titre, « Né Djarabi », parle du chagrin d’amour qui détruit beaucoup de gens dans la société. « Burkina Faso », le cinquième titre, selon toujours les explications de Radia, évoque l’intégrité, le Burkinabè d’avant qui incarnait les valeurs morales et de patriotisme.

Par cette chanson, elle invite les Burkinabè à regarder dans le rétroviseur pour puiser ce qui est positif pour le développement d’un Burkina plus radieux.

Enfin, le sixième et dernier titre, « Laboukoun », Dieu en langue San, chanté en Dioula, parle naturellement de Dieu à qui tout homme doit se référer dans le bonheur comme dans le malheur.

L’artiste dit réserver les featuring avec d’autres artistes de renom pour le prochain album qui la confirmera. Pour la promotion de cet album qui coûte 2 000 FCFA l’unité, l’artiste s’est confiée à une maison de production musicale qui travaillera en tandem avec son staff managérial. Cette équipe prévoit d’ailleurs dans les semaines à venir, des concerts pour permettre plus de visibilité à l’artiste qui n’est qu’à ses débuts.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire