Accueil A la une Burkina: ouverture du 2e congrès extraordinaire du parti au pouvoir

Burkina: ouverture du 2e congrès extraordinaire du parti au pouvoir

Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), parti du président du Faso, Roch Kaboré, a entamé, le vendredi 24 septembre 2021, son deuxième congrès extraordinaire qui se tiendra sur trois jours, sous le thème: «Poursuivre le renforcement du MPP dans un Burkina Faso réconcilié, résilient et prospère».

Les militantes et militants du parti au pouvoir au Burkina Faso, vêtus aux couleurs du parti, ont pris d’assaut, le vendredi 24 septembre, la cuvette du Palais des sports de Ouaga 2000, pour tenir leur deuxième congrès extraordinaire dont «les travaux (…) devront réaffirmer la nécessité de la cohésion de l’unité du parti», selon son président Simon Compaoré.

Simon Compaoré, président du MPP sortant

Cette rencontre de trois jours, dont l’ouverture des travaux a été ponctuée par des prestations musicales et des discours sous les ovations des participants, réunit 3 500 délégués venus des 45 provinces et des sections à l’étranger. Elle servira au parti du «Soleil levant», à faire le toilettage de ses textes, le renouvellement de son organe dirigeant et le bilan du mandat du bureau sortant. 

«Les résultats des travaux des quatre commissions préparatoires du présent congrès sont riches, denses et permettront aux congressistes d’étudier avec perspicacité les voies et moyens d’organisation, de restructuration de notre parti à même de renforcer son leadership sur l’échiquier politique national», a fait savoir le président du MPP, Simon Compaoré, soutenant que «les structures doivent être revigorées, pour insuffler une nouvelle dynamique à même de faire vivre et animer le parti au centre comme à la périphérie».

Des chefs coutumiers au congrès du MPP

Pour lui, sa formation politique «le MPP doit être le Parti où règnent l’unité, la discipline, la cohésion, la clairvoyance et la sagesse politiques». «Pour conserver cette cohésion» au sein du Mouvement du peuple pour le progrès, «nous devrons toujours discuter, élargir la démocratie en notre sein, mener la lutte des idées en toute camaraderie, en admettant le principe démocratique de la soumission de la minorité à la majorité», a-t-il soutenu.

Selon M. Compaoré, les défis de conduire le pays vers l’émergence économique, qui se présentent au MPP en tant que parti au pouvoir au Burkina Faso exige «une politique économique patriotique et nationaliste, mais intégrée dans la communauté africaine; un rôle stratégique de l’Etat dans le développement économique; une bonne production des richesses afin d’opérer une juste répartition des fruits de la croissance; une culture de la bonne gouvernance avec particulièrement une lutte acharnée contre la corruption; une réussite des réformes politiques».

Le président de l’Assemblée Bala Sakandé et le Premier ministre Christophe Dabiré

Et «pour relever ces défis pour le pays», le premier responsable du parti au pouvoir, sortant, a soutenu que «le MPP se doit non seulement une organisation et un fonctionnement plus efficaces à travers une vision claire, mais également un positionnement en tant que force de propositions et d’actions pour réussir le pari de la mise en oeuvre du programme de mandat (du président Roch Kaboré) en cours».

Le présent congrès qui se tient dans un contexte national marqué par la crise sécuritaire et la pandémie de la Covid-19, les congressistes ont observé une minute de silence pour honorer la mémoire des victimes des attaques armées au Burkina Faso. Le président du MPP a traduit leur «profonde compassion aux familles des victimes de l’hydre terroriste», a saisi l’occasion pour saluer et féliciter l’ensemble des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) et les Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) pour «l’excellent travail abattu sur le terrain pour la sécurisation du territoire national».

Des congressistes

Concernant la pandémie de la Covid-19, il a salué l’action du gouvernement qui a permis «d’atténuer l’impact à la fois économique et social de cette crise», invitant par ailleurs les congressistes ainsi que l’ensemble du peuple burkinabè à se faire vacciner contre cette maladie.

Le secrétaire général de la section provinciale du Kadiogo, Aimé Aristide Zongo qui a souhaité le bienvenu aux congressistes, a exprimé à la Direction Politique Nationale du MPP «la très profonde gratitude de l’ensemble des militantes et militants de (sa) province (…) pour cet honneur qui leur est fait en leur confiant l’accueil des travaux de notre deuxième congrès extraordinaire».

Aimé Aristide Zongo, secrétaire général de la Section provinciale du Kadiogo

«Dans la recherche permanente de l’efficacité de nos structures, une forte attente est nourrie à l’issue des délibérations du présent Congrès», a dit M. Zongo, formulant le voeu qu’à l’issue des travaux, «l’ensemble des délégués s’approprient non seulement le thème du Congrès, mais s’engagent et s’imposent des comportements de nature à favoriser le renforcement du parti, la réconciliation nationale, la résilience et la prospérité du pays».

Des membres de l’APMP

Les partis membres de la majorité présidentielle, présents à l’ouverture du congrès du parti au pouvoir ont une fois de plus renouvelé leur engagement à accompagner le président Roch Kaboré dans sa mission de gestion du Burkina Faso.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire