Accueil Société Burkina: « rester unis face au terrorisme », Dick Marcus, porte-parole d’un...

Burkina: « […] rester unis face au terrorisme », Dick Marcus, porte-parole d’un Collectif

Le porte-parole du Collectif, Dick Marcus

Le Collectif des organisations de la société civile pour la justice et la défense de la patrie (COSCJDP) s’est prononcé sur la situation nationale ce mardi 19 septembre 2018, à Ouagadougou. Elle a dans ce sens parlé de la grève des Chauffeurs routiers du Burkina Faso, des attaques « barbares », et la marche-meeting de l’opposition.

« Il y a des moments dans la vie d’une Nation où le silence et l’inaction doivent céder la place à l’action pour ne pas compromettre les efforts de développement et les aspirations légitimes des masses laborieuses pour la démocratie, le progrès et la justice », a affirmé le porte-parole du Collectif des organisations de la société civile pour la justice et la défense de la patrie, Dick Marcus. C’est fort de cela, a-t-il confié, que leur Collectif a tenu, ce mardi 19 septembre 2018, à Ouagadougou, une conférence de presse dans l’optique de donner leur point de vue et leurs recommandations sur la situation nationale. À cet effet, le collectif s’est prononcé sur trois sujets d’actualité.

Il s’est d’abord intéressé à la grève des Chauffeurs routiers du Burkina. « Nous l’avons trouvée incompréhensible au regard de son caractère brusque et du motif principal avancé à savoir le départ du président de l’Organisation des Transporteurs routiers du Faso (OTRAF) » a indiqué le porte-parole du Collectif. Au nom de son collectif, M. Dick Marcus a préconisé aux acteurs de ladite grève de toujours privilégier le dialogue et les intérêts de la Nation quels qu’en soient les motifs.

En ce qui concerne le deuxième sujet axé sur la question sécuritaire, les organisateurs de la conférence ont recommandé l’unité des filles et fils du pays des Hommes intègres, la cohésion sociale, et la collaboration avec les Forces de défense et de sécurité (FDS). « La lutte contre l’insécurité n’est pas une affaire des FDS uniquement mais plutôt celle de chaque citoyen » ont-ils ajouté. Ils interpellent du même coup l’Etat à ne pas se cacher derrière l’insécurité pour faire fi des dossiers pendant tels que celui de Thomas Sankara, du journaliste Norbert Zongo, le juge Nebié, l’affaire Auguste Barry, Safiatou Lopez, l’insurrection populaire…

La dernière actualité sur laquelle le collectif s’est penché a été la marche de l’opposition prévue le samedi 29 septembre prochain. À la question à savoir si le Collectif sera au rendez-vous, il a répondu par la négative. Pour ces Organisations de la société civile, la marche n’est pas opportune par rapport au défi sécuritaire du pays. « Les opposants auraient pu inciter la population à contribuer à lutter contre cette insécurité à travers la collaboration directe avec les FDS ou encore à booster leur patriotisme » ont-ils laissé entendre.

Par Alimatou SENI (Stagiaire)

Laisser un commentaire