Accueil Dernière Actu Burkina/Crise scolaire à Niangoloko: Le MENA pointé du doigt

Burkina/Crise scolaire à Niangoloko: Le MENA pointé du doigt

Le porte-parole de la CEEB, par ailleurs secrétaire général de l’UGEB, Vincent Bado, a rappelé que le début de la crise remonte à novembre 2016

La Coordination des élèves et étudiants burkinabè (CEEB) a au cours d’une conférence de presse ce jour 15 février 2017, donné sa lecture de la situation qui a cours dans le milieu de l’éducation à Niangoloko depuis novembre 2016, bloquant le déroulement normal de l’année scolaire. La CEEB pointe du doigt le MENA et des responsables d’établissements.

 

La crise dans le milieu de l’éducation à Niangoloko se déporte à Ouagadougou. De fait,  la Coordination des élèves et étudiants burkinabè depuis Ouagadougou, donnant sa lecture de la situation a pointé du doigt le ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation (MENA), le proviseur du Lycée municipal à Niangoloko, le fondateur du Lycée privé Thalès et d’autres autres personnes.

Estimant qu’il y a action de « violation de droit d’association et de liberté », elle dit soutenir la « juste lutte des camarades de Niangoloko, condamne les agressions et intimidations des militants de l’Association de scolaires (ASC), appelle les autorités à trouver une solution à la crise en reconnaissant aux élèves le droit d’association et finalement appelle toutes ses structures à soutenir la lutte des camarades de Niangoloko par toute action qu’elles jugeraient utiles et les invite à se tenir prêtes pour répondre à ses mots d’ordre en fonction de l’évolution de la situation.

Le porte-parole de la CEEB, par ailleurs sécretaire général de l’UGEB, Vincent Bado,a rappelé que le début de la crise remonte à novembre 2016 suite au désir des élèves d’installer un bureau de l’Assocation des scolaires de la Comoé/ section de Niangoloko. Le refus des autorités de l’éducation a alors fait éclater la crise.

Mariam KANDO

Laisser un commentaire