Accueil Politique Canada-Burkina Faso: plus de 56 ans de relation diplomatique à «solidifier»

Canada-Burkina Faso: plus de 56 ans de relation diplomatique à «solidifier»

472
0

La gouverneure générale du Canada, Julie Payette, à la tête d’une délégation canadienne, est depuis hier mardi 23 octobre 2018, au Burkina Faso, dans le but de «témoigner de (la) collaboration (entre les deux pays), entretenir et solidifier les plus de 56 ans de relations diplomatiques qui existent déjà».

«Nous avons la chance d’avoir plus de 56 ans de relations diplomatiques, depuis l’indépendance du Burkina», a affirmé ce mercredi 24 octobre 2018, la gouverneure générale du Canada Julie Payette, après une audience avec le président du Faso Roch Kaboré à Kosyam.

Au cours de l’entretien avec le chef de l’Etat burkinabè, les échanges ont portés sur les «grands enjeux du moment, mais aussi des sujets d’intérêt pour (les) deux pays», selon Mme Payette, dont la présence au Burkina s’étalera jusqu’au 26 octobre 2018. «Il s’agit du développement économique et social au service de la population, l’accès à l’éducation qui est une priorité au Burkina, le renforcement des valeurs démocratiques et de la santé des femmes», a-t-elle indiqué.

«Nous avons également évoqué des questions de sécurité qui vous touchent particulièrement et pour lesquelles nous sommes d’une profonde solidarité. Vous faites face à des effets importants et nous souhaitons vous accompagner», a poursuivi la gouverneur générale du Canada, qui a indiqué que son pays est aux côtés des Burkinabè.

Selon Mme Payette, l’engagement de son pays aux côté du Burkina est «fort et très clair pour le développement économique et institutionnel», notant qu’ils sont «très fiers de pouvoir dire (qu’ils sont) le plus grand investisseur privé» au pays des Hommes intègres.

«Monsieur le président, nous sommes des alliés, des amis et des partenaires», s’est-elle adressée à M. Kaboré. «Vous êtes porteur d’une histoire millénaire, et vous abritez, tout comme nous, une diversité ethnique remarquable», a dit Julie Payette, pour qui le «Burkina est un pays unique et d’une grande richesse».

Pour une première visite d’Etat, d’un gouverneur général du Canada au Burkina et en Afrique en général, la délégation conduite par Mme Payette est composée de membres du gouvernement, du parlement, des hommes d’affaires, d’ingénieurs, d’artistes et experts en développement, en environnement et en santé. «Certains de nos délégués ont déjà des liens très fort avec le Burkina Faso. Mais pour la plupart d’entre nous, c’est une première et nous avons hâte d’échanger avec les Burkinabè et de découvrir votre magnifique pays», a-t-elle conclu.

Quant au président du Faso, qui a fait savoir que «cette visite se déroule à un moment où dans la sous-région (Ouest africain), notamment la région sahélienne et plus particulièrement le Burkina Faso, (on est) dans un combat permanent contre le terrorisme», il a affirmé qu’il apprécie le fait que le Canada contribue à la mission onusienne au Mali, mais souhaite que le G5 Sahel puisse aussi bénéficier de cette coopération dans le domaine de la sécurité ainsi que la formation.

Après l’audience à la présidence du Faso, Julie Payette, gouverneure générale du Canada s’est rendue sur l’avenue Kwamé N’Krumah, où elle a déposé une gerbe de fleurs en la mémoire des victimes des attaques terroristes. Elle a été également à l’Assemblée nationale où elle a appelé à la collaboration entre les nations afin de relever les défis du moment.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire