Accueil A la une Crise scolaire au Burkina: 2 mois de prison avec sursis contre des...

Crise scolaire au Burkina: 2 mois de prison avec sursis contre des élèves

Les élèves progressant vers le MENAPLN (Photo d'archives)

Le parquet du Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou a requis le lundi 31 mai 2021, deux mois de prison et une amende de 250 000 f avec sursis contre quatre des neuf élèves interpelés puis arrêtés suite à une manifestation le 17 mai 2021, au cours de laquelle le véhicule du proviseur du lycée Philippe Zinda Kaboré a été brûlé et son bureau saccagé.

Ils étaient au total neuf élèves à répondre devant le TGI de Ouagadougou des faits qui leur étaient reprochés. Ce sont des élèves venus des lycées Philippe Zinda Kaboré, du lycée municipal de Paspanga, du Nelson Mandela, du Bogodogo.

Des faits de participation à une manifestation illicite et de dégradation volontaire de biens leur étaient reprochés. Le procès s’est ouvert aux environs de 15h moins le quart et les neuf élèves ont été interrogés tour à tour sur leur participation à la manifestation qui a provoqué des dégâts au lycée Philippe Zinda Kaboré.

Les débats ont essentiellement tourné autour de la question de savoir si la manifestation du 17 mai était légale ou pas et de la participation des élèves prévenus à cette manifestation. Après de longues heures de discussions, il a été établi que la manifestation n’était pas autorisée, donc illicite et que tous les élèves cités à comparaître avaient participé, volontairement ou non à cette manifestation.

Le verdict du procès est tombé tard dans la soirée. Au sujet de l’accusation portant dégradation volontaire de biens, tous les neuf prévenus ont été jugés non coupables pour infraction non constituée. Le parquet a en effet, souligné qu’aucune preuve bien constituée n’a pu être établie prouvant ce fait.

A l’accusation portant participation volontaire à une manifestation illicite, quatre élèves ont été reconnus coupables et ont écopé de deux mois de prison et une amende de 250 000f avec sursis. Les cinq autres élèves ont été jugés non coupables de cette infraction et ont été donc relaxés.

Avec cette peine de deux mois de prison et une amende de 250 0000f avec sursis, les quatre élèves jugés coupables n’iront pas en prison. Tous les neuf ont d’ailleurs été rassurés qu’ils seront libérés le mardi 1er juin 2021.

Siaka CISSE (Stagiaire)

Laisser un commentaire