Accueil Société Diébédo Francis Kéré: une architecture durable au Burkina Faso

Diébédo Francis Kéré: une architecture durable au Burkina Faso

Un Burkina Faso solidaire et durable est possible grâce à des projets comme ceux de l’architecte Diébédo Francis Kéré

Partons à la rencontre de Diébédo Francis Kéré, l’un des chefs de file des projets traditionnels d’architecture durable et de développement communautaire. Grâce à son éducation en architecture, Kéré a planifié et supervisé des projets dans son pays natal, le Burkina Faso et à travers le monde, en promouvant une approche commerciale durable et centrée sur la communauté qui encourage l’éducation, la culture et le développement de ces communautés.

Un homme riche de ses traditions et ouvert sur le monde

Diébédo Francis Kéré est né dans le petit village burkinabé de Gando en 1965. Étant le premier fils du chef de village, il a été renvoyé à l’école dans la grande ville de Tenkodogo à l’âge de sept ans pour apprendre à lire et à écrire. C’est après cette formation initiale qu’il a reçu une bourse de la Carl Duisberg Society en Allemagne pour effectuer un apprentissage en tant que superviseur de l’aide au développement, ce qui l’a conduit à étudier l’architecture à la prestigieuse Université technique de Berlin, dont il est sorti diplômé en 2004.

Ayant eu la chance à un si jeune âge de voyager au-delà de son village et de recevoir une éducation non limitée à l’agriculture, Kéré décide de développer ses nouvelles connaissances et de les partager avec les personnes qui lui avaient donné une telle opportunité de changer de vie, permettant ainsi aux autres de suivre ses traces.

La société Kéré Architecture

Tout en poursuivant ses études, Kéré crée sa société Kéré Architecture, ainsi qu’un fonds dénommé « Schulbausteine für Gando » avec l’intention de construire une école primaire pour que les enfants de Gando aient les mêmes possibilités qui lui ont été offertes. Mais Kéré ne s’arrête pas là. Au lieu d’entrer et d’utiliser sa richesse pour construire l’école, il transforme le projet en une méthode d’utilisation des compétences, des matériaux et des technologies locaux, éduquant simultanément les villageois aux compétences de construction et contribuant ainsi à l’économie régionale.

Ce faisant, Kéré vise à combiner les méthodes d’architecture européennes qu’il a acquises en Allemagne avec les techniques de construction traditionnelles au Burkina Faso, s’adaptant les uns aux autres, à la fois modernes et traditionnelles, pour créer quelque chose d’innovant et parfaitement adapté à son emplacement spécifique.

Diébédo Francis Kéré est l’un des noms les plus importants de l’architecture durable aujourd’hui, il est particulièrement célèbre pour sa préservation des technologies traditionnelles de l’argile et du patrimoine architectural des communautés

Armés de leurs connaissances en architecture moderne, les architectes de sa propre entreprise se sont associés à la communauté locale de Gando pour construire l’école primaire, qui a reçu le prix Aga Khan d’architecture en 2004 pour son utilisation innovante de méthodes traditionnelles et durables. La communauté était à l’origine sceptique quant à l’utilisation de l’argile dans la construction de l’école, car l’argile est perçue comme un matériau pauvre, peu susceptible de survivre à la saison des pluies ; un béton plus solide est communément préférable.

Cependant, comme le béton aurait été à la fois coûteux et très inadapté, devenant extrêmement chaud aux températures élevées du Burkina Faso, Kéré a utilisé de l’argile également appelée terre crue, à la fois bon marché et disponible localement, de manière à promouvoir ses meilleures qualités. Les murs d’argile ont été recouverts par un large toit en tôle surélevé au-dessus du bâtiment

pour les protéger de la pluie et permettre à l’air de circuler en dessous, en maintenant des températures basses et en offrant un environnement d’apprentissage idéal pour les enfants de Gando.

Des projets hautement communautaires

Ce qui est peut-être le plus remarquable dans le projet de Kéré, c’est son effort positif pour s’engager avec la communauté et la réponse enthousiaste qu’il a reçue à son tour. Les hommes et les femmes du village ont aidé à concasser les pierres pour préparer le revêtement de sol, à ramasser des pierres pour les fondations et à presser la terre pour les murs de l’école, réduisant ainsi radicalement les coûts potentiellement énormes des ingénieurs et constructeurs européens. En aidant le projet, les villageois ont également reçu une formation sur une gamme de techniques de construction, développant leurs propres compétences et leur ouvrant une fenêtre d’opportunité pour obtenir d’autres emplois dans le bâtiment.

Aidés par la montée en puissance d’actions multiples pour préserver la planète comme le Jour de la Terre ou les différentes missions de conservation du patrimoine africain, le travail largement acclamé de Kéré a ainsi conduit à un large éventail de projets dans le monde entier : on peut citer entre autres le Center for Earth Architecture à Mopti, le nord du Mali, le parc national du Mali, le Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge à Genève et le développement du port de Zhou Shan à Chine… Son projet d’un village d’opéra dans son pays d’origine, dont il était à l’origine sceptique, est devenu un moyen inspiré d’éveiller un sentiment d’identité culturelle au Burkina Faso, qui est le centre du cinéma et du théâtre africains, en offrant un espace d’échange culturel entre des personnes de milieux culturels et familiaux différents. Le village d’opéra Remdoogo s’étend maintenant sur un site de 12 hectares, avec une salle de festival et un théâtre, un centre médical, une école, des maisons d’hôtes et des panneaux solaires.

À l’instar du premier projet d’école primaire de Gando, la construction du village de l’opéra est née de l’utilisation de matériaux locaux tels que l’argile, la latérite, la terre et le bois de gomme et des efforts des populations locales.

La variété architecturale et la portée géographique de ces projets, qui sont tous liés à l’histoire et à la culture de chaque site spécifique, ont catapulté Kéré dans la célébrité architecturale, le couvrant d’honneurs bien mérités pour son travail et sa philosophie.

Laisser un commentaire