Accueil Editorial Donald Trump: seul un président de merde peut reconnaître des pays de...

Donald Trump: seul un président de merde peut reconnaître des pays de merde!

422
0
SHARE
Lev président américain, Donald Trump est coutumier des faits 'Ph. 25stanley.com)

Une grosse erreur de l’histoire! Ainsi avons-nous toujours qualifié l’avènement de Donald Trump à la tête d’une nation aussi respectable et aussi symbole que les Etats Unis bâtis grâce à la force conjuguée de blancs, de jaunes, de rouges et surtout de noirs. Indiens, Africains, européens, asiatiques et Africains et originaires d’Afrique ont constitué le socle de cet Etat considéré aujourd’hui comme l’un des plus puissants de la planète. L’accident de parcours de l’histoire s’est d’autant plus aggravé avec la succession d’un homme noir aussi charismatique qu’intelligent comme Barck Obama qui a réussi à réimprimer aux Etats-Unis, un visage humain après les «busheries». Comme s’il n’avait jamais digéré cette humanisation des Etats Unis qu’il tenait à rendre aux cowboys et autres lobbies d’armuriers et industriels en anéantissant tous les efforts contre le désordre climatique qui tue l’environnement sain,  Trump s’est investi à tous les prix à prendre le contre-pied de son prédécesseur qu’il n’a jamais porté dans son cœur. Mais fallait-il s’attendre mieux de ce président de merdre qui n’a de considération pour sa petite personne de richissime homme d’affaire pour qui l’argent reste l’Alpha et l’Omega de toute relation sur terre? Faut-il s’offusquer des réactions de Donald Trump qui, à l’instar d’un adolescent se croit tout permis dans une cours de récréation où seule compte l’expression de ses états d’âmes par twitter interposé?

Non, Trump est une grosse merde que l’histoire, excédée par leurs dérives et infantilités, a choisi pour dénoncer les dirigeants et les peuples qui n’ont toujours pas compris qu’il est plus que temps pour eux de tourner le dos à l’état d’asservissement pour prendre leur destin en main. En d’autres termes, jeter la sébile et débrancher la perfusion à doses homéopathiques d’aide qui lie encore le continent à l’Occident, qui refuse aujourd’hui de porter la merde africaine dans laquelle elle n’a jamais cesser de puiser pour faire vivre ses populations. Mais qui fait penser aux pays africains comme des pays de merde, mieux que les journalistes et cinéastes pour qui la seule manière de parler du continent est de mettre à la Une, la guerre, la famine, la prostitution, les coupures d’électricité et d’eau, l’excision, les mariages forcés, les naissances rapprochées et autres? Pourtant ces pratiques qui sont pour les Africains colonisés jusqu’au bout des ongles et Européens et Américains donneurs de leçons, ont bel et bien leurs pendants aussi immondes qu’inimaginables pour la culture africaine et qui ont pour noms les mariages adultérins ou entre personnes du même sexe ou avec les animaux, les unions entre des personnes d’écart d’âges considérable, les guerres interminables, la corruption, le chômage et la clochardise, les abus sexuels sur les bébés, les meurtres de masse ou les assassinats de citoyens, les viols, etc.

Oui, Donal Trump, même s’il doit être combattu avec la dernière vigueur pour ses propos condescendants, racistes et homophobes, il n’a pas tort de dire la vérité, qui dit-on ne casse pas les yeux, même si elle les rougit. Oui, dans quels pays des dirigeants dont le sport national le mieux pratiqué, se livrent à la corruption, au népotisme, en somme à la mal gouvernance, au détriment d’une jeunesse désespérée qui n’a pour d’autre alternative que d’aller se faire engloutir par la Méditerranée, à la recherche de la survie, dans un eldorado qui s’est mué depuis lors en citadelle infranchissable? Sur quel continent des chefs d’Etat obnubilés par le pouvoir à vie ou patrimonial rendent tout changement impossible et contraignent leurs populations à l’obscurantisme et aux grèves et manifestations réprimées dans le sang? Dans quelle partie du monde l’éducation est-elle sacrifiée sur l’autel des intérêts égoïstes et très personnels de dirigeants qui envoient leurs enfants fréquenter les meilleurs universités françaises, anglaises, canadiennes et américaines? N’est pas en Afrique que les hôpitaux sont transformés en mouroirs alors que pour le petit rhume, ceux qui nous gouvernent et leurs familles sont évacués dans des avions médicalisés vers le Val de Grace ou les hôpitaux américains de Paris, de Neuilly, etc.? Quel monde de merde!

Par Wakat Séra

 

 

Laisser un commentaire