Accueil Société Dossier Dabo Boukary : des étudiants mobilisés, réclament vérité et justice

Dossier Dabo Boukary : des étudiants mobilisés, réclament vérité et justice

L’Union générale des Etudiants burkinabè (UGEB) a commémoré, ce mercredi 19 mai 2021, dans l’enceinte de l’Université Joseph Ki-Zerbo, le 31e anniversaire de l’Assassinat de Dabo Boukary, étudiant en septième année de médecine, « enlevé et torturé à mort » le 19 mai 1990. L’UGEB à cette occasion, réclame pour M. Dabo vérité et justice. Elle considère par ailleurs « la réouverture du dossier comme une avancé », en plus de « l’identification d’une présumée tombe » attribuée à Dabo Boukary à quelques encablures de Pô (Centre-Sud du Burkina) et aussi « l’inculpation de trois suspects sérieux (dans cette affaire) ».

Du 19 mai 1990 au 19 mai 2021, cela fait exactement 31 ans jour pour jour que Dabo Boukary, étudiant en 7e année de médecine à l’Université Joseph Ki-Zerbo « a été enlevé, torturé à mort par les militaires du Conseil de l’entente ». Ce mercredi, date du 31e anniversaire de son assassinat, l’Union général des Etudiants burkinabè, à travers un meeting au sein de l’Université Joseph Ki-Zerbo à proximité du terrain Dabo Boukary, lui ont rendu hommage et se sont souvenus de ses œuvres, son sacrifice, son courage et son engagement dans la lutte pour le pain et la liberté.

Pour le Président de l’UGEB, Abass Wanga, « c’est important que la jeune génération continue à se souvenir de lui afin qu’on puisse s’inspirer de ses œuvres pour pouvoir mieux s’organiser et continuer le combat pour le pain et la liberté ».

Abass Wanga, Président de l’Union générale des Étudiants burkinabè (UGEB)

L’objectif de la commémoration du 31e anniversaire du décès de Dabo Boukary, selon Abass Wanga, c’est aussi de montrer, à travers cette activité, leur détermination quant à la quête de la vérité et la justice pour leur camarade Dabo Boukary. « Le dernier objectif c’est de montrer aux autorités qui travaillent à faire barrage à l’avancée du dossier que nous ne sommes pas prêts à oublier. Donc nous revendiquons vérité et justice pour notre camarade, c’est pourquoi nous tenons cette activité », a-t-il déclaré.

L’UGEB reconnaît quelque part une certaine avancée du dossier Dabo Boukary, mais toutefois « il faudrait continuer le combat pour que l’avancée parte jusqu’à la manifestation de la vérité pour que la justice soit rendue pour (leur) camarade », a laissé entendre M. Wanga.

Selon les explications du président de l’UGEB, c’est leur « mobilisation qui a contraint la justice à rouvrir le Dossier Dabo ». « Cette réouverture l’a amené à l’identification d’une présumée tombe de (leur) camarade mais aussi à inculper trois suspects sérieux (dont) Magloire Victoire Yougbaré, Sergent au moment des faits, le Lieutenant-colonel Mamadou Bamba, Etudiant et indic du pouvoir au moment des faits, le Général Gilbert Dienderé, Capitaine au moment des faits », a poursuivi M. Wanga avant de préciser que « l’audience de mise en accusation tenue au cours de l’année 2020 n’a pas permis de faire avancer le dossier, le tribunal ayant ordonné la reprise de l’instruction ». « Qu’à cela ne tienne, nous considérons la réouverture du dossier comme une avancée », a conclu le président de l’UGEB.

Par ailleurs, il invite ses camarades à maintenir la mobilisation afin « d’exercer la pression nécessaire sur tous ceux qui constituent des entraves à l’avancée du dossier » pour que vérité et justice soient faites pour leur camarade.

Oumpounini MANDOBIGA (stagiaire)

Laisser un commentaire