Accueil A la une Est du Burkina: reprise des actes terroristes dans la Tapoa

Est du Burkina: reprise des actes terroristes dans la Tapoa

L'Est du Burkina (en rouge)

Après une certaine accalmie dans la région de l’Est du Burkina, notamment, dans la province de la Tapoa, qui était épargnée de la menace sécuritaire depuis plus de deux mois, les assaillants ont regagné du terrain et commettent des représailles contre des populations civiles sans défense, rapporte le site local Gulmu Info, ce mardi 5 janvier 2021.

Selon Gulmu Info, cela faisait plus de deux mois qu’on n’entendait plus parler de terroristes ni d’attaques dans la province de la Tapoa. Malheureusement, depuis l’approche des fêtes de fin d’année, les groupes armés ont repris du travail. Les assaillants armés sèment la terreur en assassinant, volant, violant et saccageant de biens publics et privés.

Depuis la Saint sylvestre, plusieurs sources locales auraient alerté les autorités locales de la présence des hommes armés dans les villages de la province de la Tapoa, précisément à Saborga, Tambaga, Kotchari, entre autres, où il ne se passe pas un jour sans que soit signalée la présence des assaillants qui écument des années dans cette partie du Burkina Faso qui livre une bataille féroce contre les terroristes depuis janvier 2016 à la prise du pouvoir du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP).

Selon la même source, dans la Tapoa, « un homme aurait été tué dans le village de Saborga et une forte somme d’argent emportée la semaine dernière. De même, dans la même semaine, deux personnes ont été enlevées dans le village de Boulmantchangou dans la commune de Kantchari, et jusqu’à ce jour, leurs familles sont sans nouvelles d’eux ». Aussi, « le marché de Nadiabonli serait en feu » toujours dans la Tapoa.

Le site orienté plus vers les informations de la région de l’Est du Burkina, craint qu’avec cette situation, une centaine d’écoles soit obligée de fermer et les élèves livrés même peut-être à ces groupes armés qui endeuillent la population.

Gulmu Info dit apprendre que dans plusieurs villages, les populations s’organisent pour se défendre comme elles le peuvent. Des traques sont menées par des groupes d’auto-défense qui appuient les Volontaires de Défense pour la Patrie (VDP), contre ces hommes sans foi ni loi en vue de stopper les attaques et autres pillages des hommes armés non identifiés.

« Avec les fêtes de fin d’année, les unités militaires ont contribué, chacune à la sécurisation de sa zone de responsabilité, dans le but de permettre aux populations de traverser ces moments de réjouissance dans la sérénité », informe un communiqué de l’état-major général des Armées qui faisait son bilan hebdomadaire de ses actions de la semaine allant du 28 décembre 2020 au 3 janvier 2021.

Les Forces armées nationales ont également « aidé à la réinstallation de personnes déplacées internes dans certaines localités » et effectué « une escorte de ravitaillement au profit de structures privées dans la région de l’Est », lit-on dans le texte.

En somme, le bilan fait cas de la neutralisation de quatre assaillants dans le Sahel du Burkina. Aussi, les Forces armées ont saisi de « l’armement, des munitions et divers matériels » dans la région du Sahel au cours de leur opération hebdomadaire.  

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire