Accueil A la une Guinée: le colonel Mamady Condé, commandant du camp militaire de Kindia tué

Guinée: le colonel Mamady Condé, commandant du camp militaire de Kindia tué

2011
0

Le colonel Mamady Condé, commandant du camp de commandos de Samoreya de Kindia, a été tué dans la nuit du jeudi 15 au vendredi 16 octobre 2020, dans les environs de 2 heures par des hommes armés non encore identifiés, selon des médias locaux. Cette information est confirmée par un communiqué du gouvernement guinéen.

« Dans la nuit du jeudi 15 au vendredi 16 octobre 2020, des hommes armés ont ouvert le feu dans l’enceinte du Camp militaire de Samoreyah à Kindia blessant mortellement le colonel Mamady Condé, commandant du Bataillon spécial des commandos en attente de Somoreyah-BSCA », indique le communiqué qui ajouté que « les Forces de défense ont immédiatement réagi pour sécuriser le camp et ses environs », ce qui a permis de maîtriser la situation qui est « sous contrôle à Kindia ».

La note signée du ministre de la Défense nationale, ministre d’État, Dr Mohamed Diané, informe que des « enquêtes sont ouvertes et les ratissages se poursuivent ».

Selon d’autres sources, celles proches du défunt, le colonel « a été assassiné au camp même dans son sommeil ».

A signaler que dans cette même ville de Kindia, un autre camp militaire, celui Kémé Bouréma, a été aussi attaqué. Ces deux attaques armées a paralysé la ville de Kindia où dans la matinée de ce vendredi, boutiques et magasins sont restées fermés.

Selon d’autres informations, le domicile de l’opposant Sidya Touré a été aussi attaqué dans la soirée du jeudi par des hommes armés non identifiés.

Cette attaque du camp des bérets rouges survient à deux jour de l’élection présidentielle en Guinée où le président, Alpha Condé, candidat à sa propre succession, et son challenger, Cellou Dalein Diallo, leader de l’opposition guinéenne sont en pleine période de campagne.

Surnommée « la cité des agrumes », Kindia est une ville située à 135 km de la capitale du pays, Conakry. Elle est peuplée en majorité de Soussous et de Peulhs qui vivent principalement des activités agropastorales.

Plusieurs voix dont des leaders politiques se sont opposées à la candidature de M. Condé, accusé de ne pas respecter la limitation du nombre de mandat présidentiel comme le consacre la constitution.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire