Accueil Chez nos confrères Hydrocarbures: comment les efforts de l’État ont maintenu  le prix à la...

Hydrocarbures: comment les efforts de l’État ont maintenu  le prix à la pompe

198
0
SHARE
pompe à essence (ph d'illustration)

La hausse actuelle des cours du baril de Brent et  la  relative stabilité du dollar US occasionnent des  pertes de l’ordre de 58 FCFA par litre de super 91 vendu  et jusqu’à  63 F pour le gasoil en janvier 2018. Si cette tendance se poursuit,  elle va alourdir la note consentie par l’État (28 milliards de FCFA) pour maintenir les prix à la pompe en 2017.

En  dépit de cette  aide publique de plus de 28 milliards apportée au secteur des hydrocarbures l’an passé,  la hausse actuelle des cours du baril  au cours des sept derniers mois conjuguée à la relative stabilité du cours du dollar US accentuent les efforts consentis par l’État pour maintenir les prix à la pompe. Le Comité interministériel de détermination des prix des hydrocarbures, l’organe public de fixation des prix des produits pétroliers  a présenté  la situation, dans une note d’information que nous avons pu consulter.

Mode de fixation des prix des hydrocarbures

Au Burkina, les prix des produits pétroliers sont arrêtés en fonction des cours du baril de Brent et du dollar US. Malheureusement, la tendance affichée par ces deux indicateurs au cours des sept derniers mois  n’est pas reluisante. Selon  les constats du Cidph, le baril de Brent a cru de de 36, 9 %  contre seulement une baisse du cours du dollar US de 12, 8 % entre juin et décembre dernier. En d’autres termes,  à la même période, le cours du baril a grimpé d’environ 20 points passant de 47 dollars à près de 64 dollars. Dans le même temps, le taux de change de la monnaie américaine   est passé de 589,94 en juin 2017à 560, 25 FCFA en décembre 2017.

Malgré cette hausse continue du prix réel des produits pétroliers sur le marché mondial, aucune augmentation de prix à la pompe n’a été opérée. En réalité, le manque à gagner est supporté par l’État à hauteur d’environ 28, 263 milliards l’an dernier et  pour le seul mois de janvier 2018, les pertes sont estimées  à 2,159 milliards de francs CFA. Il faut dire que les efforts consentis par l’Etat pour le maintien des prix actuels à la pompe font ressortir une subvention tacite de 58 FCFA par litre de super 91 vendu et   atteint jusqu’à 64 FCFA pour le gasoil.

Kouza KIENOU

Tableau I : Tendances moyennes des cours du Brent et du dollars US entre juillet et décembre 2017

  Jan Fev Mar Avr Mai Juin Juil Août Sep Oct Nov Déc
Cour du Baril de Brent (en $ US) 54,51 55,15 51,54 52,98 50,44 46,58 47,97 51,57 55,5 56,75 62,45 63,77
Court du, dollars US (en F CFA)  

624, 50

 

622,94

619,10

 

618,48

 

599,94  

589,94

561,14

 

 

561,14

 

553,55

 

561,71

 

564,87

 

560,25

 

Source : Comité Interministériel de Détermination des Prix des Hydrocarbures

Tableau II : Estimation des pertes enregistrées sur la vente du Super 91 et du Gasoil

 

PRODUITS PRIX EN VIGUEUR

(en F CFA)

PRIX REELS

(jan 2018)

Pertes
(en F CFA) (en F CFA par litre)
SUPER 91 602 659,85 –  57,85
GASOIL 526 589,20 –  63,20

Source : Comité Interministériel de Détermination des Prix des Hydrocarbures

Laisser un commentaire