Accueil A la une Lutte antiterroriste au Burkina: décréter l’état d’urgence?

Lutte antiterroriste au Burkina: décréter l’état d’urgence?

Les responsables de la CBRP. Le coordonnateur François Zangré en Faso Dani jaune

Les responsables de la Coalition pour un Burkina réconcilié et paisible (CBRP) ont demandé aux autorités de «déclarer l’état d’urgence» pour lutter efficacement contre le terrorisme qui sévit dans le Faso depuis maintenant sept ans. Les conférenciers ont également demandé que les dirigeants prennent des mesures «urgentes» pour contenir la flambée des prix des produits de grande consommation.

La Coalition pour un Burkina réconcilié et paisible (CBRP) ont animé le jeudi 23 juin 2022, une conférence de presse dans la capitale burkinabè pour se prononcer sur la situation nationale marquée ces dernières semaines par «la recrudescence des attaques terroristes et la hausse vertigineuse des produits de grande consommation».

Sur le premier sujet, les conférenciers ont fait des recommandations dans le sens de contenir les incursions armées qui ciblent de plus en plus les populations civiles. Entre autres, ils recommandent la déclaration d’une guerre totale contre les terroristes et de créer un environnement favorable pour la prise de certaines lois ou décisions urgentes par ordonnance, la mise en place d’un gouvernement d’ouverture et la prise de décisions pour amnistier les condamnés politiques pour une vraie réconciliation et une cohésion sociale.

«C’est vrai que l’état d’urgence restreint notre liberté mais l’avantage c’est que cela permettra à nos Forces de défense et de sécurité (FDS) de pouvoir traquer les terroristes », a commenté le coordonnateur de la CBRP, François Zangré.

Sur la réconciliation que demande son organisation, il a déclaré qu’«aujourd’hui vu qu’il y a une division au sein des populations, il est important que nous nous passions de nos divergences pour voir l’intérêt supérieur de la nation. Il est important que chaque Burkinabè mette un peu d’eau dans son vin et voie l’intérêt général du peuple», a-t-il répété.

Dans le même ordre d’idées, parlant de l’amnistie que la CBRP recommande à la junte au pouvoir depuis le 24 janvier 2022, François Zangré a fait observer que «l’amnistie peut être faite sur proposition de l’Assemblée législative de la transition (ALT) ou des grâces que le chef de l’Etat Sandaogo Damiba peut juger utile d’accorder à certains condamnés politiques, civils ou militaires».

La CBRP a salué et félicité les grandes décisions issues de la rencontre du Conseil supérieur de la défense nationale (CSDN) présidée par le président du Faso, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba le 20 juin 2022. «Nous saluons la création des deux zones d’intérêts (à l’Est et au Sahel) et la mise en place d’une Brigade de veille et de défense patriotique (BVDP) qui regroupera l’ensemble des Volontaires pour la défense et de la patrie (VDP)», des supplétifs de l’Armée, a indiqué le coordonnateur du regroupement, François Zangré.

M. Zangré a aussi salué les échanges qui ont eu lieu le mardi 21 juin 2022 entre le président Damiba et les anciens chefs d’Etat, Roch Marc Christian Kaboré et Jean-Baptiste Ouédraogo sur les préoccupations majeures de la nation. Dans cette dynamique, il a encouragé les autorités à travailler au retour des anciens présidents Blaise Compaoré et Yacouba Isaac Zida.

Sur la hausse des prix, en plus des mesures déjà prises, la CBRP demande au gouvernement de prendre des dispositions urgentes pour contenir la flambée des prix des produits de grande consommation sur le marché.

La CBRP a clairement affirmé qu’elle apporte son soutien aux nouveaux dirigeants. C’est pour cela qu’elle appelle à «une union sacrée et un sursaut patriotique» autour des autorités de la Transition pour une résolution dans de brefs délais de la crise sécuritaire et humanitaire doublée de celle humanitaire.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire