Accueil A la une MINUSCA: une Burkinabè récompensée par les Nations unies

MINUSCA: une Burkinabè récompensée par les Nations unies

Téné Maïmouna Zoungrana récompensées par les Nations unies en République centrafricaine

La Burkinabè Téné Maïmouna Zoungrana a reçu, mardi 7 juin 2022, le premier «Prix de la pionnière des Nations unies pour les femmes agents judiciaires et agents pénitentiaires», une distinction qui vient récompenser près de 10 ans de remarquables services de cette femme officier pénitentiaire au sein de la MINUSCA en Centrafrique.

Téné Maïmouna Zoungrana, officier pénitentiaire au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) depuis 2014, a reçu, le 7 juin passé, le «Prix de la pionnière des Nations unies pour les femmes agents judiciaires et agents pénitentiaires».

Ce prix créé en 2022, vise à mettre en avant des femmes agents de justice et agents pénitentiaires qui ont brisé les barrières du genre dans des contextes difficiles et dangereux et ont prouvé que les femmes sont un élément crucial du mandat de chaque opération de paix pour créer une paix durable dans le monde.

Téné Maïmouna Zoungrana a reçu sa récompense des mains du chef de cabinet du secrétaire général, Courtenay Rattray, en présence du secrétaire général adjoint des Nations unies aux opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix, et de la directrice exécutive de ONU Femmes, Sima Sami Bahous.

C’est une distinction qui vient saluer un parcours exemplaire et exceptionnel de la Burkinabè qui est au sein de la MINUSCA depuis environ 10 ans. En effet, Téné Maïmouna Zoungrana y a été déployée pour la première fois entre 2014 et 2017, et plus tard en 2020.

Elle a d’abord été chargée de la démilitarisation du système pénitentiaire de la République centrafricaine (RCA), l’une des tâches les plus difficiles de la mission, selon ONU Info.

Téné Maïmouna Zoungrana officie actuellement en tant que coordinatrice des équipes de sécurité de la prison centrale de Ngaragba, à Bangui, la capitale de la République centrafricaine. C’est la plus grande prison entièrement masculine et la plus instable du pays avec environ 1 335 détenus, ce qui représente 69% de la population carcérale de ce pays.

Malgré un environnement hautement masculin, la Burkinabè a produit de bons résultats, contribuant à réduire le nombre d’évasions dans les prisons centrafricaines. En effet, comme formatrice principale et coordinatrice des activités d’intervention rapide, avec son équipe de 42 agents, elle soutient le personnel pénitentiaire national dans la gestion des incidents et des crises. Elle a aussi à son actif, l’introduction des modules de formation à l’intervention rapide dans le programme national de l’Administration pénitentiaire de la République centrafricaine.

Bien que loin de sa terre natale, Téné Maïmouna Zoungrana par ses remarquables services rendus, a hissé haut les couleurs du Burkina Faso, dont la diaspora ne cesse d’enchainer les exploits. Le plus retentissant est le prix Pritzker, connu comme étant le prix Nobel de l’architecture de l’année 2022 décerné, le 27 mai dernier à Londres à l’architecte burkinabè, Diébédo Francis Kéré.

Par Siaka CISSE (Stagiaire)

Laisser un commentaire