Accueil A la une Morts dans les locaux de la police nationale: un parti de l’opposition...

Morts dans les locaux de la police nationale: un parti de l’opposition exige la lumière

1309
0
Me Gilbert Noël Ouédraogo, président de l'ADF-RDA

L’Alliance pour la démocratie et la Fédération/Rassemblement démocratique africain (ADF-RDA) à travers son président Me Gilbert Ouédraogo, affirme dans le présent communiqué qu’ « elle ne peut, en aucun cas, cautionner la mort de ces onze personnes qui bénéficient de la présomption d’innocence jusqu’à preuve du contraire par une autorité judiciaire compétente ». Pour l’ADF-RDA « les circonstances (de leur mort) doivent être élucidées et déterminées et, le cas échéant les responsabilités situées afin que des sanctions appropriées soient édictées à l’encontre de tous ceux qui seront directement ou indirectement impliqués dans ce drame ».

DÉCLARATION

Au moment même où s’ouvre un dialogue politique national dans notre pays afin de trouver des solutions au «vivre ensemble», dialogue que l’ADF-RDA a toujours appelé de tous ces vœux, c’est avec stupéfaction et une grande consternation, que l’ADF-RDA apprend, par voie de presse, le décès de onze (11) personnes ce lundi 15 juillet 2019, dans les locaux de la police nationale à Ouagadougou.

Le Président de l’ADF-RDA présente aux familles des victimes ainsi qu’à la Nation entière ses sincères condoléances. Puisse les âmes des défunts reposer en paix !

Certes, l’ADF-RDA rejettera toujours toutes les formes de trafic de produits stupéfiants en encourageant les services de police dans la lutte contre le trafic et la consommation de ces produits nocifs qui nuisent dangereusement à la santé de notre vaillante jeunesse.

Cependant, elle ne peut, en aucun cas, cautionner la mort de ces onze (11) personnes qui bénéficient de la présomption d’innocence jusqu’à preuve du contraire par une autorité judiciaire compétente, pour lesquelles les circonstances doivent être élucidées et déterminées et, le cas échéant les responsabilités situées afin que des sanctions appropriées soient édictées à l’encontre de tous ceux qui seront directement ou indirectement impliqués dans ce drame.

L’ADF-RDA considère que les commissariats de police et les brigades de Gendarmerie doivent demeurer des lieux de protection des libertés individuelles et collectives et qu’aucune garde à vue ne doit être ordonnée que sous le contrôle du Procureur du Faso ou un substitut du parquet dans des conditions préservant la dignité et la vie des personnes détenues.

Tout en réitérant son soutien aux forces de défense et de sécurité et en interpellant le gouvernement particulièrement les ministres en charge de la Sécurité de la Justice et des Droits humains, l’ADF-RDA les invite à plus d’attention professionnelle pour le respect de l’État de droit.

ADF-RDA : Paix – Liberté – Justice

Me Gilbert N. OUEDRAOGO

Président de l’ADF-RDA

Laisser un commentaire