Accueil A la une Niger: Mohamed Bazoum face aux opérateurs économiques

Niger: Mohamed Bazoum face aux opérateurs économiques

Mohamed Bazoum face aux représentants du secteur privé

La campagne pour les élections présidentielle et législatives couplées du 27 décembre 2020 bat son plein au Niger. Entre les rencontres avec les populations qui lui assurent une victoire écrasante dès le premier tour, Mohamed Bazoum, le président du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS-Tarayya) prend langue avec différents secteurs de la société, pour discuter avec eux, des points essentiels de son programme pour «consolider et avancer» avec un Niger ambitieux. Ce jeudi 10 décembre, le candidat du PNDS-Tarayya était face à des opérateurs du secteur privé, élargi aux acteurs du développement rural, à qui il a proposé des pistes pour améliorer le climat des affaires au Niger. C’était au sein du majestueux Centre international de conférence Mahatma Gandhi de Niamey.

Se départissant du classique discours habillé de démagogie des campagnes électorales, c’est un langage de vérité, où la vertu était le maître-mot, que Mohamed Bazoum, de boubou blanc immaculé vêtu, a invité les opérateurs du secteur privé et les acteurs du monde agricole, à l’accompagner dans la promotion d’une administration publique vertueuse et expurgée de la concussion et de la corruption. Toute chose qui contribuera à instaurer une économie compétitive au profit des entreprises nigériennes, confrontées à des adversités comme la cherté du coût de l’énergie et des transports, que leur impose la situation d’enclavement, d’aridité et de la faiblesse de l’alphabétisation du Niger. Dans une économie dominée à 60% par le secteur informel et un Produit intérieur brut (PIB) tributaire du secteur primaire (agriculture et élevage), les défis sont grands, a rappelé celui que les électeurs nigériens entendent, comme Souleymane Saliou, faire accéder à la présidence du Niger dès le premier tour. «Le coup KO, pour B21 (Bazoum 21, NDLR), c’est notre objectif», a appuyé un autre jeune chef d’entreprise, visiblement acquis à la cause du candidat du PNDS-Tarayya.

Une vue de l’assistance

Mais, malgré cette confiance qu’il a su créeret entretenir auprès de siens qui voient en lui celui qui consolidera les acquis économiques, politiques et sociaux du président sortant, Mahamadou Issoufou, Mohamed Bazoum, se refuse à prendre des engagements qu’il ne pourra pas tenir. «Si nous nous engageons à agir dans la bonne gouvernance, nommer dans l’administration, l’homme qu’il faut, à la place qu’il faut, selon sa compétence, et lever la lourdeur de l’administration, nous ne saurions affaiblir la même administration en prenant des mesures contre-productives contre elle», a affirmé le candidat du PNDS-Tarayya. Pour lui, les leviers qu’il actionnera sont disponibles, parce qu’il est adossé à «un parti fort, structuré et compétent qui s’appuie sur une éthique qu’incarnent ses membres, notamment en premier chef, le président, Mahamadou Issoufou».

L’option de Mohamed Bazoum est donc sans ambiguïté, «rendre compétitif le secteur privé nigérien en soutenant l’esprit de l’entrepreneuriat des jeunes, promouvoir l’Etat de droit, stabiliser les institutions politiques, débarrasser l’administration de tout esprit de favoritisme et de clientélisme, améliorer le cadre macro-économique, faire grimper les recettes de l’Etat, tout en étant réaliste». En tout cas, le PNDS-Tarayya, dont les militants sont convaincus, en témoignent leurs slogans durant les meetings, de réaliser le «coup KO» avec Mohamed Bazoum, est plus que jamais, selon le candidat, «le parti de la jeunesse, le parti des démocrates, le parti de tous les Nigériens qui aiment le Niger».

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire