Accueil Société Ouaga: au moins un millier de policiers déployés pour les fêtes de...

Ouaga: au moins un millier de policiers déployés pour les fêtes de fin d’année 

185
0
SHARE
Photo d'archives

La police régionale du centre du Burkina a indiqué que plus d’un millier de policiers seront déployés pour assurer la sécurité des populations et des biens notamment à Ouagadougou, pendant ces fêtes de fin d’année 2017. Selon Bonswendé Sankara, commissaire central de police de la capitale burkinabè, « 1 040 policiers au minimum sont retenus » pour réguler la circulation routière des 2,2 millions d’habitants de Ouagadougou qui ont vécu deux attaques terroristes, a rapporté l’AIB.

Le commissaire Sankara a affirmé que les missions de ses hommes sont, entre autres, l’occupation des différents carrefours pour le contrôle des immatriculations étrangères et les vitres teintées, aux fouilles des voitures et leur mise en fourrière en cas de besoin.

A l’instar des années précédentes et au vu du contexte sécuritaire actuel, la direction a établi un programme d’activités allant du 15 novembre 2017 au 15 janvier 2018 dont l’exécution a déjà démarré, a précisé le directeur régional de la police nationale du centre, le commissaire Joseph Toni.

M. Toni a expliqué que les missions qui sont effectuées par les différents services de la région sont essentiellement celles de contrôle d’identité, d’éclairage, d’engins ou de véhicules avec ou sans plaques d’immatriculations et des patrouilles entre autres.

Les responsables de la police nationale ont exhorté les populations à se conformer au contrôle et au Code de la route pour leur propre sécurité avant de rassurer les Ouagalais que des dispositions ont été prises pour que les citoyens fêtent dans la quiétude.

La capitale burkinabè a subi deux attaques terroristes de 2016 à  nos jours sur l’une de ses avenues principales qu’est la voie baptisée du nom du panafricaniste Kwamé N’Krumah. Ces fusillades ont causé la mort d’ une cinquantaine de personnes et fait plusieurs dizaines de blessés de Burkinabè et de nombreux expatriés.

Par Mathias BAZIE

Laisser un commentaire