Accueil Chez nos confrères Présidentielle en Côte d’Ivoire : un scrutin sous tension (Jeune Afrique)

Présidentielle en Côte d’Ivoire : un scrutin sous tension (Jeune Afrique)

935
0

Après une campagne tendue, les Ivoiriens sont appelés aux urnes ce samedi. Face à Alassane Ouattara, candidat à un troisième mandat, Henri Konan Bédié et Pascal Affi N’Guessan ont appelé au « boycott actif », tandis que Kouadio Konan Bertin a décidé de ne pas quitter le processus électoral. Suivez en direct cette journée de vote.

Suivez l’évolution de la situation en direct, avec nos correspondants en Côte d’Ivoire (les heures sont données en GMT). Pour réactualiser la page, cliquez ici

• Quatre candidats officiellement en lice : Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié, Pascal Affi N’Guessan et Kouadio Konan Bertin sont les quatre candidats retenus par le Conseil constitutionnel. Mais Bédié et Affi N’Guessan ont lancé un appel au « boycott actif » du vote

• 7,5 millions d’électeurs appelés aux urnes.

• Affrontements et bureaux de vote saccagés : plusieurs incidents ont été rapportés dans différentes villes et localité du pays. 


16h55 – Adjamé a voté dans le calme

Dans la grande commune commerçante d’Adjamé, située dans le nord d’Abidjan, les opérations de vote se déroulent dans le calme depuis ce matin. Les principaux axes routiers, habituellement embouteillés, sont plus déserts qu’un dimanche et beaucoup de commerces ont baissé leurs rideaux.

À l’école Saint-Joseph, qui accueille huit bureaux, des gendarmes et des policiers veillent devant les portes. « Nous avons eu beaucoup de votants ce matin », affirme Moussa Traoré, superviseur du lieu. Il ajoute que face à l’affluence, des bâches ont été installées à l’extérieur des bureaux pour protéger les électeurs du soleil et bientôt d’une forte pluie.

En face, à l’école Soma Samaké, les électeurs ont été nombreux ce matin, mais le sont moins en cet fin d’après-midi. « Chacun est rentré vaquer à ses occupations », dit un assesseur.

16h35 – Pascal Affi N’Guessan : « Il n’y a pas eu d’élection aujourd’hui en Côte d’Ivoire »

« Nous ne nous sentons pas concernés par ce qui s’est passé aujourd’hui. Il n’y a pas eu d’élection aujourd’hui en Côte d’Ivoire. Nos compatriotes ont boudé dans leur très large majorité ce coup d’État institutionnel et constitutionnel. Partout, les barricades ont été maintenues. Le mot d’ordre de désobéissance civile a été suivi par nos compatriotes », a déclaré Pascal Affi N’Guessan en s’adressant à la presse, cet après-midi, depuis le domicile d’Henri Konan Bédié.

Le patron du PDCI n’était pas présent lors de cette prise de parole. Pascal Affi N’Guessan était en revanche accompagné d’Albert Mabri Toikeusse, ancien ministre de l’Enseignement supérieur d’Alassane Ouattara, de Maurice Kacou Guikahué, secrétaire général du PDCI, et de Georges Armand Ouegnin, de la plateforme Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS). « Nous déplorons une douzaine de morts à l’heure actuelle », a par ailleurs affirmé Pascal Affi N’Guessan.

16h10 – À Blockhaus, l’élection n’a pas pu aller à son terme

Blockhaus, un village situé dans la commune de Cocody, à Abidjan, compte parmi les zones où l’élection n’a pu aller à son terme, ce samedi.

Dans la matinée, des jeunes ont érigé un barrage près des deux centres de vote, empêchant les électeurs de s’y rendre. La gendarmerie est intervenue et a entamé des négociations avec la chefferie de ce village traditionnellement favorable au Front populaire ivoirien (FPI). Les discussions n’ont pas abouti, et à la mi-journée, le matériel électoral a finalement été retiré des centres de vote, qui ont dû être relocalisés.

Les forces de l’ordre ont ensuite fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser la foule qui scandait « Ouattara voleur » ou « Gbagbo arrive ».

En milieu d’après-midi, le calme était revenu. « Qu’on ne vienne pas nous dire qu’il y a eu une élection à Blockhaus. Alassane Ouattara ne sera pas le président de la Côte d’Ivoire », lance une habitante.

Source : Jeune Afrique

Laisser un commentaire