Accueil Société Procès du putsch de 2015: Aussitôt repris, aussitôt reporté à ce jeudi

Procès du putsch de 2015: Aussitôt repris, aussitôt reporté à ce jeudi

528
0

Le procès du putsch manqué du 16 septembre 2015 qui a été repris ce mardi 12 juin 2018 après sa suspension le 25 mai dernier pour permettre à des avocats commis d’office de prendre connaissance du dossier afin de mieux défendre leurs clients, a été à nouveau suspendu, à la suite d’un débat houleux entre la défense, le parquet et la partie civile sur la poursuite de l’audience alors que des accusés se retrouvent sans conseils.

Dès l’ouverture de l’audience ce mardi matin, au cours de laquelle le général Gilbert Diendéré considéré comme le cerveau du coup d’Etat, qui était hospitalisé a été présent, le président du Tribunal, Seydou Ouédraogo a déclaré avoir reçu le 30 mai, un arrêté du Bâtonnier Mamadou Sawadogo, qui stipule que les accusés pourraient être jugés sans l’assistance d’un avocat s’ils n’en veulent pas, car on ne peut pas les contraindre d’en avoir.

Lire aussi: Des nouvelles du Général Gilbert Diendéré

Prenant la parole, le général Diendéré a fait savoir qu’il a recontacté ses anciens avocats qui se sont constitués à nouveau dans le dossier pour assurer sa défense. Il s’agit du SCPA Somé et associé. Il en est de même avec l’accusé Nobila Sawadogo qui avait également récusé son avocat commis d’office. Sa défense sera assurée par Me Flore Toé, qu’il a recontacté. Quant à l’inculpé Relwendé Compaoré, il reste toujours sans avocats. Il a fait savoir que contrairement à ce que dit le conseil qui lui avait été commis (Me Guitenga Samuel), il n’a jamais affirmé qu’il « ne voulait pas de ses services » et souhaiterait être défendu par ce même avocat ou tout autre conseil qui lui sera désigné.

Lors de cette audience également, Me Silver Kientarboum a rendu sa lettre de déport concernant son client l’ex-bâtonnier de l’ordre des avocats, Mamadou Traoré, portant le nombre d’inculpés sans conseil à deux. Selon le président du Tibunal, diligence sera faite pour que ces personnes soient assistées par des avocats, mais a souhaité poursuivre le procès avec les interrogatoires des accusés, ce à quoi des conseils de la défense se sont opposés.

Lire aussi: Procès du putsch de 2015: déport des avocats de Gilbert Diendéré

Pour Me Dieudonné Bonkoungou, avocat du général Djibrill Bassolé, « le procès ne peut pas se poursuivre avec des accusés qui n’ont pas de conseils ». « Il y a une violation de la loi et c’est ce que nous souhaitons qu’on corrige », a argumenté Me Bonkoungou, notant qu’il « ne s’agit pas là d’une fuite en avant » de la part de la défense. Quant à Me Timothée Zongo et Me Michel Traoré, ils ont souhaité « qu’on respecte le minimum légal (…) » pour qu’on ait un procès acceptable, demandant le renvoi du dossier pour permettre au Bâtonnier de commettre des avocats aux deux accusés.

« Le ministère public ne voit pas d’inconvénient à ce que le procès suit son cours quitte à ce que ces accusés puissent être assistés après par des avocats », a soutenu le parquet militaire. Pour la partie civile, « la défense n’utilise pas les règles pour un procès équitable, mais en abuse », estimant que le procès peut se poursuivre.

Le président du Tribunal Seydou Ouédraogo après avoir écouté les différentes parties a suspendu l’audience autour de 12h20 (GMT) pour statuer sur la question. Le procès reprendra le jeudi 14 juin à 11H00.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire