Accueil Editorial Procès du putsch manqué de 2015: en attendant le banquet du 27...

Procès du putsch manqué de 2015: en attendant le banquet du 27 février

Le Général Gilbert Diendéré, présumé auteur du putsch manqué de septembre 2015 (Ph. news.aouaga.com)

C’est le 27 février 2017, que le tribunal militaire tient ce procès très attendu du putsch manqué de septembre 2015. A la suite du parquet qui a constitué la liste de ses témoins, le principal accusé, le Général Gilbert Diendéré a dressé lui aussi la sienne qui comporte tout ce que le Burkina Faso compte d’autorités militaires, coutumières, religieuses, donnant à cette tentative de coup d’Etat, un air de «tout le monde est impliqué». Quant aux militants de la Nouvelle alliance pour le Faso (NAFA), parti proche de l’ancien ministre des Affaires étrangères du Burkina, Djibrill Bassolé, inculpé dans le même dossier, eux qui disent que leur champion est un prisonnier politique, sont inquiets en ce qui concerne l’indépendance de la justice militaire. Mais, comme pour arbitrer le jeu, le président du Faso, le père de la nation, comme on le dit sous les tropiques, a promis un procès équitable aux accusés, suite notamment aux injonctions du groupe de travail des Nations Unies sur les détentions arbitraires de libérer immédiatement Djibrill Bassolé.

En tout cas, la salle des banquets de Ouaga 2000, où sera délocalisée la «fête», avec à la manette la Justice militaire, attend des convives inhabituels qui ne manipuleront pas fourchettes et couteaux devant des tables bien garnies, mais chercheront, qui à accuser, qui à défendre et qui à se défendre, devant un public qui se délectera sans doute des grosses révélations que promettent le Général Gilbert Diendéré et ses co-accusés. Si le procès dès son ouverture pourrait être renvoyé du fait des exceptions, demandes en nullités et autres procédures dont seuls les hommes en robe détiennent seuls le secret, il n’en demeure pas moins, à prendre en compte sa complexité, qu’il pourrait aussi réserver bien des surprises. Ce qui est presque certain, c’est que les mets du «banquet du diable» comme le qualifient certains auront des goûts bien différents pour bien des acteurs et pourraient provoquer des indigestions là où elles sont le moins attendues.

Par Wakat Séra     

Laisser un commentaire