Accueil Société Procès du putsch manqué: «Je reconnais avoir donné des coups à Nicolas...

Procès du putsch manqué: «Je reconnais avoir donné des coups à Nicolas Kaboré» (Bagagnan Karim)

2494
0

Le premier civil à être auditionné, ce jeudi 4 octobre 2018, devant la chambre de jugement du tribunal militaire en charge du dossier du coup d’Etat manqué du 16 septembre 2015, Abdoul Karim Bagagnan dit Lota, a reconnu partiellement les faits de coups et blessures et dégradation aggravée de biens à lui reprochés. «Je reconnais avoir donné des coups à Nicolas Kaboré (une victime) devant l’hôtel Laïco» à Ouaga 2000, a-t-il déclaré à la barre.

«Je reconnais partiellement les faits. Je reconnais avoir donné des coups à Nicolas Kaboré mais je ne reconnais pas les faits de dégradation aggravée de biens», a soutenu M. Bagagnan, commerçant et militant du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), parti de l’ex-président Blaise Compaoré.

Cet accusé qui a été filmé le 20 septembre 2015, durant son forfait devant l’hôtel Laïco, a exprimé sa peine et ses regrets pour ce qui s’est passé et a demandé pardon à la victime. Il a fait savoir qu’au moment de ces faits, il était en groupe avec d’autres personnes dont il n’a pas pu donner leurs identités.  

A la suite de l’appel à manifester de son parti, Abdoul Karim Bagagnan dit Lota se serait retrouvé au rond-point des martyrs à Ouaga 2000, le 17 septembre 2015. Cette manifestation était pour soutenir la prise du pouvoir par le Conseil national pour la Démocratie (CND).

Après le rond-point des martyrs, M. Bagagnan se serait rendu au domicile de l’ex-président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo. Il aurait été reconnu sur les lieux par un des gardes du propriétaire de la cour, l’assistant de police Yacouba Manli, qui aurait estimé les manifestants venus chez M. Diallo à «une centaine de personnes».

Ce militant du CDP a nié avoir été incendié le domicile de Salifou Diallo. Il a expliqué qu’il s’est rendu dans ces lieux parce qu’il a été informé que deux jeunes du quartier Patte d’Oie y seraient appréhendés. «J’y partais pour demander (leur) libération», a-t-il poursuivi.

L’audience de ce jeudi 4 octobre 2018, a été suspendue vers 17h02. Elle reprendra demain vendredi 5 octobre 2018, avec la poursuite de l’audition du militant du CDP, Abdoul Karim Bagagnan dit Lota.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire