Accueil Monde Projet Gazoduc Nigeria-Maroc: une opportunité d’intégration économique du continent africain

Projet Gazoduc Nigeria-Maroc: une opportunité d’intégration économique du continent africain

Le projet Gazoduc Nigéria-Maroc long de 6 000 km devrait permettre d'acheminer plus de 5 000 milliards de mètres cubes de gaz naturel

Le souverain marocain, le Roi Mohamed VI a souligné, dans son discours à l’occasion du 47e anniversaire de la Marche Verte, l’importance que revêt le projet de Gazoduc Nigeria-Maroc, notant que celui-ci «œuvre en faveur de la paix, de l’intégration économique du continent africain et de son développement commun».

Le Roi Mohamed VI du Maroc veut réussir le pari de l’intégration économique du continent africain et de son développement commun à travers le projet de Gazoduc Nigeria-Maroc. Dans son discours lors du 47e anniversaire de la Marcher Verte, il a souligné la dimension continentale de ce projet et a souhaité que celui-ci soit profitable à «l’ensemble de la région de l’Afrique de l’ouest, dont la population dépasse 440 millions d’habitants».

Le souverain marocain a ainsi relevé qu’en plus du Maroc et de la Mauritanie, les 15 pays de la CEDEAO pourront bénéficier des retombées de ce projet en termes d’opportunités et de garanties en matière de sécurité énergétique et de développement socio-économique et industriel.

Dans ce cadre, le Roi Mohamed VI a rappelé que le mémorandum d’entente signé, le 15 septembre dernier à Rabat, avec la CEDEAO et à Nouakchott avec la Mauritanie et le Sénégal, marque un jalon essentiel dans le processus de réalisation du projet. Ce qui traduit, selon lui, la volonté et l’engagement des pays concernés à contribuer à la concrétisation de ce projet stratégique et illustre leur volonté politique d’assurer son succès.

Le Gazoduc Nigeria-Maroc est long de près de 6 000 km et devrait permettre d’acheminer plus de 5 000 milliards de mètres cubes de gaz naturel depuis le Nigeria, en passant notamment par plusieurs pays comme le Bénin, le Togo, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Liberia, la Sierra Leone, la Guinée, la Guinée-Bissau, la Gambie, le Sénégal et la Mauritanie, jusqu’au Maroc. De là, il sera connecté directement au gazoduc Maghreb-Europe (GME) et au réseau gazier européen.

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire