Accueil A la une RD Congo : est-ce Kabila le dindon  de la farce ?

RD Congo : est-ce Kabila le dindon  de la farce ?

723
0
L'ancien, Joseph Kabila cherche à tomber le nouveau le nouveau président de la RDC, Félix Tshisekedi (à gauche) (Ph. Reuters)

Dans l’un de nos nombreux articles consacrés au capharnaüm politique qu’est la RD Congo, nous le disions clairement : « Entre Kabila et Tshisekedi, il y a un dindon de la farce » Cette expression métaphorique, dotée d’une pointe d’humour, signifie « se faire duper, se faire rouler… ». Elle prend corps avec force, surtout, dans le cas de l’accord passé entre deux personnes. Il s’agit ici en l’espèce du « deal » conclu entre Kabila et Tshisekedi.

Ce jour-là, après certainement des longs entretiens pour évaluer les avantages de l’un et de l’autre, les deux interlocuteurs ont conclu leur accord (verbal ou écrit, peu importe) sur le partage du pouvoir. Voici, grosso-modo, les termes de l’accord : Tshisekedi, président de la République, devant marcher uniquement sur les tapis rouges à l’extérieur, et Kabila, vrai maître des horloges, devant rester caché … malheureusement, il ne l’a fait que sous un voile très transparent. Il ne pouvait en être autrement pour ce dernier dont le pouvoir est l’unique raison de la vie.

Qu’est-ce qui s’était réellement passé au moment précis du paraphe ? Kabila se disait certainement : « Je l’ai eu, ce nigaud. Je les avais tous eus pour le poste de Premier ministre ». Pour sa part, Tshisekedi se frottait les mains en se disant : « Je l’ai eu, ce petit ‘Rwandais’. En tant que Président de la République, je finirai par l’étouffer ».

C’est le scénario classique dans un marché de dupes. Chacun croyant avoir trompé l’autre, alors qu’en fin de compte, il y a toujours entre les deux un « dindon de la farce ». Il y a en cela la logique qui veut qu’il y ait un perdant et un gagnant. On ne peut gagner à la fois tous les deux, tout comme on ne peut perdre à la fois tous les deux. Même en foot, il n’y a véritablement pas de match nul. Il y a toujours un gagnant, ne serait-ce qu’en termes du nombre de corners réalisés ou à travers le temps de la possession du ballon…

« Nous allons fouiner… »

Fabien Kusuanika de Télé Tshangu, émettant à partir de Belgique, n’a eu de cesse de proclamer que « le temps est le meilleur allié de la vérité ». Il en a fait son credo. Nous voici arrivés à ce moment que tout le monde attendait de pied ferme, parce que tout le monde savait qu’il en serait ainsi. Parce que tout le monde, du moins toux ceux qui avaient fait un effort pour épouser l’impartialité (neuf dixième du peuple congolais), savait que le deal Kabila-Tshisekedi devait connaître une fin météorique.

Au fond, on attendait que la vérité éclate. Celle-ci a été brutalement jetée sur la place publique. Plus besoin de chercher le bout de papier sur lequel on trouverait les paraphes des deux signataires. Car, un camp a dit, publiquement : « Nous allons fouiner… (sous-entendu, dans les crimes de sang et économiques que vous avez commis pendant vingt-deux ans de règne dictatorial) ». L’autre a rétorqué, publiquement : « Nous allons fouiner à la CENI et à la Cour Constitutionnelle … (sous-entendu, vous n’avez pas gagné les élections, nous vous avons plutôt ‘nommé’ au poste de Président de la République) ».

Les choses ne pouvaient pas être plus claires. La Cour Constitutionnelle devrait normalement se saisir de cette affaire, qui a tous les accents d’une haute trahison. Mais, en attendant, qui de Kabila et de Tshisekedi dans ce jeu de cache-cache est le dindon de la farce ? « A malin, malin et demi », Tshisekedi l’a été, en ayant réussi de briser le rêve de Kabila, qui croyait dur comme fer que la formule russe « Poutine-Medvedev » passerait au Congo comme une lettre à la poste. Le « raïs » Kabila a été joliment roulé dans la farine. Dans ce cas précis, c’est lui le dindon de la farce. Avec un bonnet d’âne. En plus.

Une retraite dorée

Et après ? Certes, ce n‘est pas encore la fin de l’histoire. Mais c’est déjà un bon début, qui permettra de trouver une issue à l’imbroglio qui affecte gravement la sphère politique congolaise. Il n’y a pas trente-six solutions pour cela : Kabila doit accepter de « libérer » le pays, en prenant sa retraite par ailleurs dorée. Puis, que la classe politique procède à une mise à plat, dont l’objectif sera de retourner aux urnes après une période de transition acceptée plus ou moins par tous. Une transition qui implique des réformes pour des élections dignes de la démocratie. Avec une personnalité idoine à sa tête, sans étiquette politique.

Qu’on se souvienne d’Emile Zola qui disait : « Une société n’est forte que lorsqu’elle met la vérité sous la grande lumière du soleil » A Kabila et à Tshisekedi de s’y appliquer pour le bonheur du peuple congolais, ce souffre-douleur depuis des décennies.

Par Jean-Jules Lema Landu, journaliste congolais, réfugié en France

Laisser un commentaire