Accueil A la une RD Congo: Tshisekedi au pouvoir sans pouvoir

RD Congo: Tshisekedi au pouvoir sans pouvoir

1841
0
Félix Tshisekedi, un président sans pouvoir @Tony Karumba/AFP

Et ce qui devait arriver arriva. L’adage est vieux comme le monde, mais colle comme un gant à la réalité en République démocratique du Congo (RDC), où élu et investi depuis 3 mois comme président de la république, Félix Tshisekedi, gouverne sans gouvernement. Il ne pouvait pas en être autrement, vu que le la première alternance démocratique dans ce pays a été le fruit d’un pacte non dévoilé, entre l’ancien chef de l’Etat Joseph Kabila et son opposant de successeur. Pire, bien que sorti officiellement du jeu politique, Kabila n’est jamais parti, gardant une mainmise constante sur la gestion du pays par le biais des autres pouvoirs qui lui reviennent selon la Constitution. L’Assemblée nationale, le Sénat, et les gouverneurs de province, sont tous des institutions qui tombent dans l’escarcelle du Front commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila. Même le poste de premier ministre revient à cette coalition de l’ancien régime qui garde, en réalité, le pouvoir dont Félix Tshisekedi n’est finalement que le co-gérant, pour ne pas dire un actionnaire minoritaire. Et en attendant que la machine politique se grippe pour de bon et provoque un chaos difficilement évitable, ce sont les populations qui trinquent pour l’incurie de leurs dirigeants agrippés à leurs intérêts égoïstes et très personnels.

Il y a quelque chose, dans le théâtre de la politique congolaise, qui évoque la Rome antique. En ce temps-là, il y avait une arène, des gladiateurs «duellistes à mort» et des spectateurs. Dans la formule où les deux gladiateurs étaient des esclaves  et se battaient pour recouvrer la liberté, à condition que l’un tuait l’autre, le combat était des plus violents. L’initiateur de cette scène macabre était l’empereur, hilarant. Pour son amusement.

Le calque n’est pas loin de ce que la scène politique congolaise nous offre. Il y a un empereur: Joseph Kabila. Avec ceci de différent qu’ici, l’empereur n’est pas d’humeur à la rigolade; il veut établir une dynastie, avec l’aide des clercs esclaves qui l’entourent, aveuglés par des privilèges.  Félix Tshisekedi et Martin Fayulu esclaves? Peut-être. L’un pour avoir avoué publiquement être «partenaire de l’empereur», l’autre pour avoir été vaincu (même par la voie de la fraude). «Vae victis», «malheur aux vaincus», disaient les mêmes Romains.

A l’instar de tous les dictateurs, Kabila observe. Il découvre avec stupéfaction que l’élite intellectuelle congolaise est «bêtement bête», selon l’expression de Frantz Fanon. De cette première certitude, il en acquiert une seconde, par déduction: «Parce qu’ils sont bêtes, ils peuvent facilement devenir des esclaves bêtes», se persuade-t-il. (Or, l’Histoire nous apprend, pourtant, que l’esclave était esclave, mais il n’était pas bête). Enfin, pour parvenir à ses fins, il applique, à la lettre, un des principes machiavéliques: «Se faire craindre plutôt qu’être aimé…». Kabila inspire effectivement la peur à son entourage, et partant, au peuple.

Le résultat, pour l’autocrate, est épatant. Il réalise, un peu en philosophe -et c’est la dernière étape de son approche-, que l’élite intellectuelle congolaise «a perdu le feu de l’âme», cette flamme qui constitue, en fait, la fierté d’être un homme. Il en tire donc profit -à travers la corruption-, jusqu’en à faire des orduriers dans lesquels il crache, sinon des «esclaves bêtes», qui lui obéissent au doigt et à l’œil. Quand il dit à l’un: «Vas», et il va; lorsqu’il dit à l’autre: «Viens», et il vient. A un autre encore: «Fais ceci ou cela», et il le fait.

L’âme damnée de la «kabilie»

Et, il en est ainsi de tous les thuriféraires, qui croupissent de bassesse dans sa cour. Ils sont là, à ramasser à la pelle comme des champignons, après la saison des pluies. A compter des nobles les plus proches de «Sa majesté», jusqu’aux sous-fifres, rompus au jeu des bakchichs. Mais la vraie âme damnée de la «kabilie» ou «fonctionnement du régime de Kabila» est un certain Néhémie Mwinlanya Wilonja, chef de cabinet du chef de l’Etat, juriste et professeur des universités.

A ses côtés, se bousculent pour rendre service au «raïs», Kikaya Bin Karubi, conseiller diplomatique, licencié de littérature et des sciences politiques, Thambwe Mwamba, ministre de la Justice, licencié de sciences politiques et consulaires, juriste et Ramazani Shadary, le «dauphin», licencié de sciences politiques et administratives. En dehors de Mwinlanya, les deux autres vassaux sont originaires de la province du Maniema, terres de Mama Sifa, la mère de Kabila.

C’est l’attelage qui constitue le cœur battant de la «kabilie», selon les desideratas et les humeurs du chef. Le mot «raïs» dont Kabila est affublé aujourd’hui (mot arabe signifiant «chef») est sorti, pour la première fois, de la bouche de Néhémie Mwinlanya, tout comme récemment, le titre de «Père de la démocratie congolaise». Il en fut ainsi de Mobutu, à qui tous les titres de gloire de la planète furent attribués. Voilà comment les Congolais «fabriquent» eux-mêmes leurs dictateurs. Initiative d’une poignée de flagorneurs dépravés, au sommet de l’Etat, dont les conséquences enchaînent le peuple entier.

Qu’il s’agisse du temps de règne de Mobutu ou de celui de Kabila, une question taraude l’esprit: comment imaginer ceux qui ont reçu les « lumières académiques », pour éclairer le monde, puissent en arriver à penser et à agir comme s’ils étaient enfermés dans l’obscurité de l’illettrisme? Comment en arriver jusqu’au stade aberrant de signer un « acte d’allégeance » envers Joseph Kabila? Ni Hitler, ni Staline ne l’ont exigé à leurs collaborateurs. Et, même, c’eût été le cas, ces derniers l’auraient fait dans le cadre du triomphe d’une idéologie, à laquelle ils croiraient dur comme fer. Et non pas par esprit de servilité. Par esprit d’esclavage.

Des enchaînés de la caverne

Les leaders politiques du FCC, plate-forme politique de Kabila, renvoient à «l’allégorie de la caverne» de Platon. On y voit des gens enchaînés et immobilisés dans une «demeure souterraine», par opposition au monde à la surface, où il y a la lumière du soleil qui symbolise la «connaissance du Bien». Le processus d’élections qui viennent de se dérouler en RD Congo, manipulé honteusement par le dictateur et son camp, prouve que ce groupe de gens a tourné le dos à l’entrée de la caverne. Donc, à la possibilité de voir la lumière et le «Bien». Avec pour conséquence, la continuation de l’existence de la dictature et de l’esclavage. Ce dernier mot pouvant se définir également par «personne soumise à un pouvoir arbitraire». Le peuple congolais est en esclavage.

C’est à partir de cette réflexion que Félix Tshisekedi et Martin Fayulu entrent en scène, parce que l’un et l’autre, par nature, sont des leaders de l’opposition. De ce fait, supposés être différents de cavernicoles kabiliens. Qu’en est-il? L’un a pactisé avec Kabila pour devenir président de la République, par «machination». L’autre a été démocratiquement élu président, mais exclus du pouvoir par la force, confirmant ainsi le propos de Trotski, qui disait que «tout  Etat est fondé sur la force». Plutôt, ici, il s’est agi de la violence. De la tromperie. Le premier (Tshisekedi) ne règne ni ne gouverne, car l’impérium appartient toujours au satrape «masqué»; le second (Fayulu), avec en main «l’urne de la vérité», défloré, qui commence à peu attirer l’attention.

Tshisekedi et Fayulu, tous deux esclaves? A des paliers différents, tous deux esclaves. Le premier a oublié qu’en mangeant avec le diable, il fallait se munir d’une longue fourchette pour ne pas être attrapé par la main. Il risque de rejoindre les cavernicoles ou d’être supprimé; le second pour avoir refusé de siéger, en qualité de député national, se réclamant «président élu», de droit. La «kabilie» ne laissera jamais qu’il le devienne. Dans ce cas, il rejoindra la masse silencieuse, esclave, elle aussi, par extrapolation. Si, dans cette situation, il prend le parti d’arborer le pavillon de la contestation, il sera jeté en prison ou liquidé, par son «frère d’armes» Tshisekedi. Au pouvoir sans pouvoir. L’image des gladiateurs duellistes se justifie, mais avec une entorse: ici, le gladiateur vainqueur restera esclave. A moins que les spectateurs (le peuple) s’élèvent pour «dégager» l’empereur comme c’est le cas en Algérie et au Soudan. Peut-on y croire? Sinon, Kabila poursuivra son projet, bien ficelé, de régenter la  RD Congo ad vitam aeternam. Tout y est fait: son Sénat, son Assemblée nationale, ses Provinces sont là pour saborder la République.

Par Jean-Jules Lema Landu, journaliste congolais, réfugié en France

Laisser un commentaire