Accueil A la une Retour des exilés politiques Burkinabè: l’opposition commente la sortie médiatique de Roch...

Retour des exilés politiques Burkinabè: l’opposition commente la sortie médiatique de Roch Kaboré

348
0
Le leader de l'opposition burkinabè, Zéphrin Diabré

A la faveur d’une interview qu’il a accordée aux médias français France 24 et RFI, et diffusée le 15 octobre 2020, le président du Faso, Roch Kaboré, a promis le retour des exilés politiques dès le premier semestre de 2021, s’il est réélu. Par cette déclaration, le président Kaboré « reconnaît tardivement » que le Burkina « a un problème de réconciliation, et qu’en cinq années de gouvernance, il n’a pas accordé à cette question hautement vitale pour notre pays, l’attention qu’elle méritait, estime l’opposition à travers son leader, Zéphirin Diabré.

Déclaration du Chef de file de l’opposition (CFOP)

La question de la réconciliation n’est pas nouvelle, et  la main tendue de l’ancien président Blaise COMPAORE, que le Président KABORE a évoquée au détour d’une phrase, date d’avril 2019. Malgré les appels incessants de l’opinion nationale, et les conseils avisés de nos partenaires, le Président KABORE n’a pas daigné donner une suite à cette manifestation de bonne volonté de l’ancien Chef d’Etat.

Les Burkinabè sont témoins que, pour sa part, l’Opposition politique a toujours fait de la réconciliation nationale une de ses revendications. En début d’année, elle a même envoyé  au Chef de l’Etat un mémorandum sur sa vision de la réconciliation nationale et la démarche qui lui paraissait indiquée pour y parvenir. Dans ce mémorandum daté du 6 février 2020, et dont une copie est jointe à ce texte, le Forum de la Réconciliation devait se tenir en juin 2020.

En devenant subitement adepte de la réconciliation nationale juste quelques jours avant l’ouverture de la campagne électorale, et en liant sa démarche de réconciliation à son éventuelle réélection, le Président sortant, Roch KABORE, montre clairement que pour lui, la réconciliation n’est pas une nécessité pour l’avenir du pays. Il voit plutôt la réconciliation comme un banal  argument électoral brandi sous forme de chantage pour obtenir les suffrages des partisans des exilés.

De mon point de vue, la question de la réconciliation ne doit pas être liée à des calculs électoralistes. On va à la réconciliation si on pense qu’elle est nécessaire pour notre pays. C’est d’ailleurs ici que l’on comprend l’apathie du président sortant sur cette question durant les cinq années de son mandat. Qu’est ce qui l’a empêché de lancer le processus de réconciliation en 2016, en 2017, en 2018 ou en 2019 ? Rien ! Pourquoi le président sortant ferait-il en 2021 ce qu’il n’a pas voulu faire durant son  premier mandat ?  Si malgré son bilan catastrophique et contre toute attente, les Burkinabè réélisent M. KABORE, il sera à son dernier mandat. Quel intérêt aurait-il alors à honorer ses promesses? Aucune, puisqu’il ne solliciterait pas de nouveau mandat.

La classe politique doit faire de la réconciliation nationale, non pas une question conjoncturelle autour de laquelle se noue un deal entre politiciens, mais une thérapie profonde pour guérir le Burkina Faso de ses blessures.
C’est sur ce registre que devrait s’inscrire le premier des Burkinabè.

Ouagadougou, le 17 octobre 2020
Le Chef de file de l’Opposition politique

Zéphirin DIABRE

Laisser un commentaire