Accueil Economie Semaine des Activités minières de l’Afrique de l’ouest (SAMAO): la troisième édition...

Semaine des Activités minières de l’Afrique de l’ouest (SAMAO): la troisième édition prévue du 27 au 29 septembre

181
0
Le ministre Oumarou Idani (milieu) en compagnie du secrétaire permanent de la SAMAO, Brahima Sorgho ( à gauche) et le directeur exécutif de la Chambre des Mines du Burkina (CMB) Toussaint Bamouni (à droite)

Le ministre des Mines et des Carrières, Oumarou Idani, a animé une conférence de presse ce 6 septembre à Ouagadougou dans le cadre de la troisième Semaine des Activités minières de l’Afrique de l’ouest (SAMAO) prévue du 27 au 29 septembre.

Sous le thème «L’exploitation des ressources minières en Afrique : quelles stratégies pour en faire un moteur de croissance et de développement ? », la troisième édition de la Semaine des Activités minières de l’Afrique de l’Ouest (SAMAO), placée sous le patronage du président du Faso, est prévue du 27 au 29 septembre 2018 à Ouagadougou.

Avec comme guest star, l’Afrique du Sud, le budget prévisionnel de ce qu’il est convenu d’appeler « la vitrine des potentialités géologiques et minières du Burkina Faso » est de 315 millions de FCFA, bouclé au 1/3, selon le ministre Oumarou Idani. De façon pratique, il y a au programme des panels sur différentes thématiques en rapport avec le thème, des expositions, des rencontres B2B et des excursions.

En plus, le comité d’organisation est en réflexion, contexte sécuritaire oblige, de  formuler des thèmes y relatifs. A propos, le ministre a rassuré, quant à la sécurité non seulement pendant l’activité, mais au-delà de toutes ces mesures prises par l’exécutif qu’il représente pour la tranquillité des Burkinabè et les amis du Burkina Faso.

Avec près de 1500 personnes attendues, la SAMAO, selon le ministre Idani en compagnie du secrétaire permanent de la SAMAO, Brahima Sorgho et le directeur exécutif de la Chambre des Mines du Burkina (CMB) Toussaint Bamouni, entend « fédérer les énergies des décideurs, des investisseurs, des professionnels, des fournisseurs de biens et services miniers, des scientifiques, des communautés et des activistes autour d’une stratégie consensuelle et efficace destinée à optimiser la contribution des mines aux économies des nations africaines ».

Par Boureima DEMBELE

Laisser un commentaire