Accueil Dernière Actu Tribunal militaire burkinabè: la défense conteste l’enregistrement sonore

Tribunal militaire burkinabè: la défense conteste l’enregistrement sonore

908
0

Les avocats de la défense des ex-militaires de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle burkinabè (RSP),  accusés d’ »association de malfaiteurs et de détention illégale d’armes » ont contesté vendredi 6 janvier 2017 l’admissibilité de la pièce qui constitue l’enregistrement sonore de la tenue de la présumée réunion chez l’accusé Madi Ouédraogo.

La défense a demandé « le retrait de cette pièce du dossier » car pour elle l’enregistrement sonore a été « frauduleusement obtenu » et en plus « il y a des passages qui ont été rayés ».

« Si le tribunal tient compte de l’enregistrement tout le dossier tombe », et d’ajouter que la défense « peut aller en cassation » ou devant la Cour de « la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) », a laissé entendre Me Christophe Birba, un des avocats de la défense.

L’audience du vendredi a été consacrée à l’audition de neuf ex-militaires de l’ex-RSP accusés d’avoir projeté attaquer la Maison d’arrêt et de correction de l’armée pour libérer les généraux Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé.

Les accusés interrogés ont tous rejeté les faits d’ »association de malfaiteurs ». Mais pour ce qui est la « détention illégale d’armes de guerre », des militaires tels que le soldat de 1re classe Aziz Yiougou et le le caporal Alexis Malboné, ont reconnu avoir détenu par devers eux « des grenades et des munitions ».

Le caporal Malboné qui n’a pas nié le fait de détention de munitions a affirmé que les munitions retrouvées chez lui, lui ont été confiées et appartiennent à l’un de ses frères d’armes qui était en mission de maintien de paix au Mali.

Pour les munitions de kalachnikov (10) retrouvées chez lui Abdoul Aziz Yiougou), a affirmé qu’il s’agit « du reste de sa dotation pour les exercices de tirs » qu’il n’a « pas pu rendre » avant son arrestation.

Quant aux « trois grenades offensives », il soutient qu’il les a « ramassées en cours de route ».

L’audience a été suspendue vers 17H 50 et la reprise est prévue samedi 7 janvier 2017.

Mohamed ZOUNGRANA

Laisser un commentaire