Accueil A la une Vie chère au Burkina: la Coalition des CCVC de Ouaga dénonce une...

Vie chère au Burkina: la Coalition des CCVC de Ouaga dénonce une démission de l’Etat

Le porte-parole, Frédéric Mandi (milieu), et ses camarades ont dénoncé le comportement du pouvoir face à la vie difficiles des populations

La Coordination des Coalitions de Lutte contre la Vie chère, la Corruption, la Fraude, l’Impunité et pour les Libertés (CCVC) de la ville de Ouagadougou a animé une conférence de presse ce 3 septembre 2020. Elle a, à l’occasion, dénoncé la démission de l’Etat face aux conditions de vie difficiles des populations.

Après avoir dressé un tableau sombre des conditions de vie des populations, la Coordination des CCVC de la ville de Ouagadougou a dénoncé « la démission du pouvoir et alliés face à la baisse du pouvoir d’achat des populations, la montée du terrorisme et des conflits inter-communautaires et le bradage du foncier par les sociétés immobilières« .

Aussi, elles exigent la prise de mesures contre la détérioration sans cesse continue des conditions de vie des populations. A ce propos, le porte-parole, Frédéric Mandi, et ses camarades, ont déploré, après constat fait de la détérioration continue des conditions de vie et de travail des agents du public et du privé, matérialisée par « l’application de l’IUTS sur les primes et les indemnités, les coupures et suspension arbitraires de salaires, les sanctions administratives arbitraires, les révocations des travailleurs… »

Ils mentionnent également la difficile vie des habitants des zones non loties, celle des déplacés internes, sans oublier les résidents des quartiers à ouvrages de drainage des eaux de pluie inadaptés ou tout simplement absents.

La flambée des prix des produits de grande consommation a également été relevée comme l’une des difficultés auxquelles font face les populations.

Par Boureima DEMBELE

Laisser un commentaire