Accueil Editorial 28è Sommet de l’Union africaine : la gifle pour Bathily, le graal...

28è Sommet de l’Union africaine : la gifle pour Bathily, le graal pour Mahamat et le retour du fils prodigue!

La photo de famille du 28è Sommet de l'UA (© Zacharias ABUBEKER / AFP)

Les rideaux sont tombés sur le 28è sommet de l’Union africaine. Les actes les plus en vue de ce rituel de ceux qui nous gouvernent, ont été joués le lundi 30 janvier 2017. Tel que prévu, le Guinéen  Alpha Condé qui a joué un rôle de choix dans le dénouement de la crise postélectorale en Gambie a pris les rênes de l’UA. Tel que prévu aussi, les autres dossiers ont été chauds ! Le fauteuil laissé par la sud-africaine Nkosazana Dlamini-Zuma dont le bilan à la tête de la commission de l’UA n’a trouvé occupant qu’après 7 tours de vote. Comme dans une arène, les cinq gladiateurs, en l’occurrence l’Equato-Guinéen Agapito Mba Mokuy, la Botswanaise Pelonomi Venson-Moitoi, la Kényane Amina Mohamed Jibril, le Sénégalais Abdoulaye Bathily et le Tchadien Moussa Faki Mahamat, se lanceront dans un combat sans merci. Mais comme à la CAN Total Gabon 2017, les pronostics feront long feu. L’un des favoris sera très rapidement mis hors compétion. En effet, le professeur Abdoulaye Bathily, le champion du Sénégal, qui se présentait aussi comme le porte-étendard de la CEDEAO, tombera au troisième tour, n’ayant même pas réussi à faire le plein des voix des chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest. Une véritable claque pour le Sénégalais dont la défaite est loin d’être la sienne propre. C’est plutôt les fruits amers des relations difficiles qu’entretient le président sénégalais Macky Sall avec ses voisins « ouest-afs ».

Contre toute attente, c’est l’outsider venue du Kénya qui tiendra la dragée haute au poulain de Idriss Déby Itno. Personnellement engagé dans une campagne  discrète mais d’une grande efficacité au profit de son compatriote et membre de la même ethnie des Zaghawa, le président tchadien par cette victoire qu’il peut considérer comme la sienne, récolte plus ou moins, les dividendes de son engagement et celui de son armée, dans la lutte mortelle contre le terrorisme, et singulièrement contre Al-Qaïda et surtout Boko Haram, sur le continent. On ne saurait faire table rase de la valeur de Moussa Faki Mahamat, le successeur tout frais de Nkosazana Dlamini-Zuma comme président de la Commission de l’UA, qui a tout de même un bon réseau tissé alors qu’il occupait des postes importants dont celui de premier ministre et ministre des affaires étrangères au Tchad.

Et voici le retour du fils prodigue ! Après avoir tourné le dos à l’organisation panafricaine en 1984, suite à la reconnaissance du Sahara occidental comme Etat souverain, le Maroc réussit son come-back et devient ainsi le 55è Etat membre de l’institution continentale. La présence de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) au sein de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), ancêtre de l’UA incommodait dont le Royaume chérifien qui n’a pas trouvé mieux que de tourner le dos à la famille, dont il était pourtant membre fondateur. Bien que devenu logique, parce que le Maroc n’opposait plus aucune résistance à la présence de la RASD dans l’Union, et ayant réuni plus de 40 voix à sa cause, ce retour n’est pas passé comme lettre à la poste. Il a rencontré de la résistance venant de l’Afrique du sud et surtout du Zimbabwe. Pourtant, l’Algérie, voisine difficile pour ne pas dire ennemie du Maroc, notamment sur la question du Polisario, a même positivement apprécié cette adhésion. Et Mohamed VI, qui a personnellement mené la campagne pour cette réintégration du Royaume au sein de la fratrie africaine, et présent dans la capitale éthiopienne depuis le vendredi 28 janvier peut savourer cette victoire royale !

Les autres dossiers au menu du sommet, dont les réformes institutionnelles de l’UA, pour lui permettre une meilleure organisation et un fonctionnement plus efficient de ses organes et son autonomie financière,  ayant été malaxés par les ministres des affaires étrangères et autres experts, le 28è sommet de l’Union africaine qui a dit toute son indignation contre les dernières mesures prises par Donald Trump à propos de l’immigration, refermé ses portes.

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire